La vertu de joie céleste

Aujourd'hui nous méditons la vertu de joie céleste, belle vertu pour le jour où notre Sauveur est né !!! Joie au Ciel et paix sur la terre !

le vice auquel s'oppose la vertu de joie céleste est le vice de la tristesse de ce monde. ( tristetia seculi en latin)

.................................................................

Le vice de la tristesse de ce monde : "•« quel malheur d'avoir été créée! Quel malheur de vivre ! Qui me viendra en aide? Qui me libérera ? Si Dieu me connaissait, Il ne m'enverrait pas autant d'infortunes. J'ai beau avoir foi en Lui, Il ne m'accorde aucun bienfait; lorsque je me réjouis de Lui, Il ne m'enlève pas mon malheur pour autant. J'ai écouté souvent les philosophes qui enseignent que Dieu est généreux en bienfaits, mais Dieu ne m'en a accordé aucun. S'il est mon Dieu, pourquoi me cache t'Il toute Sa grâce? S'Il m'offrait un seul bienfait, je Le reconnaitrais. Je ne sais même pas qui je suis moi-même. J'ai été créé dans la malchance et je suis née pour la malchance, et je vis sans aucune consolation. Hélas, qui supporterait une vie dépourvue de joie? Et pour quelle raison ai-je été créé alors qu'il ne m'arrive jamais rien de bien ?»

............................................................

Explication d'Hildegarde : "La tristesse de ce monde suit l'avarice car lorsque les avares ne peuvent obtenir ce qu'ils désirent, ils succombent à une tristesse « du monde » dont ils ne peuvent se sortir que très péniblement. Ce personnage a derrière son dos se dresse un arbre totalement desséché et sans feuilles, car la tristesse de ce monde embrasse stupidement la folie, elle tend tous ses efforts vers l'affliction de l'âme, où elle met toute sa foi, et qui manque de la viridité et de la protection de la béatitude. Une branche dissimule l'aspect de son crâne, c'est l'accablement qui pèse sur l'esprit des hommes préoccupés par ces malheurs, une autre entoure son cou et sa nuque, cela montre l'angoisse écrasante, dont la puissance devrait plutôt être mobilisée par le souci au sujet du joug de Dieu et le désir de prendre le repas de la vie. Deux autres branches maintiennent ses bras de sorte qu'il ne peut étendre ses bras et ne peut que les ramener contre lui, car ces ho ont peur des œuvres éternelles et spirituelles, et sont aussi terrorisés par les horreurs périssables de ce monde, au point qu'il ne peuvent ni travailler aux œuvres éternelles ni aux œuvres de ce monde, ils ne peuvent s'y épanouir pleinement et honnêtement, au contraire leur lâcheté les oblige à se maintenir sous la pression malfaisante de leur cœur. Les mains pendent par-dessus les branches et les ongles sont ceux d'un corbeau car ils se âpres dans la démonstration vorace de leur noirceur: ils n'éprouvent aucun amour ni envers eux-mêmes, ni envers les autres, car ils n'ont confiance en rien, ni en la joie, ni en la tristesse, ni en leurs amis, ni en leurs ennemis. Deux autres branches encerclent les jambes et le ventre car ils sont investis  par le doute en raison de leur âme douloureuse, alors qu'ils devraient  s'en défendre par la spiritualité, et par le chagrin alors qu'ils devraient abandonner les désirs charnels; ces deux attitudes occultent toute conscience et toute vigueur dans le domaine de l'esprit et du corps. Ces hommes constituent une très mauvaise société qui n'est pas attachée avec vigueur ni à Dieu ni au monde, ne trouve aucune joie ni en Dieu ni en ce monde.  Des esprits malfaisants et diaboliques, s'approchent des hommes pratiquant ce péché et les privent de toute consolation et de toute tranquillité d'esprit, de sorte qu'ils finissent par sombrer dans le désespoir, et se maudire eux-mêmes. La joie Céleste exhorte les hommes à éloigner d'eux l'amère tristesse et à adhérer fidèlement à Dieu dans la joie"

........................................................................

La réponse de la joie céleste: " •« O chose aveugle et sourde, tu n'as pas conscience de la teneur de tes paroles. Dieu a créé l'homme de sorte qu'il soit plein de lucidité, mais , comme l'homme s'est montré défiant, le serpent l'a plongé dans le lac de misère. Regarde donc le soleil, la lune, les étoiles et tous les ornements de la verte vigueur terrestre ( viriditas), et considère à quel point Dieu a accordé, avec eux, la richesse à l'homme, alors que l'homme ose pécher effrontément contre Dieu. Tu es fourbe trompeuse et impie, tu n'as que des pensées dignes de la géhenne, et tu n'a pas la foi, tu ignores où se trouve le salut de Dieu et tu n'y réfléchis même pas. Qui donc te donne des cadeaux lumineux et bons sinon Dieu? Quand le jour arrive à toi, tu l'appelles nuit, quand le salut est là, tu dis que c'est une malédiction; et lorsque les circonstances et les conditions sont bonnes pour toi, tu dis qu'elles sont mauvaises. Par conséquent tu es digne de la géhenne. Mais moi, je possède le Ciel et je regarde  à sa juste valeur tout ce que Dieu a créé, et que toi tu considères comme indigne. Je cueille avec tendresse dans mon cœur, les fleurs de rose et de lys, et toute la viridité en chantant les louanges des œuvres de Dieu, pendant que toi, tu ne cueilles que des gerbes de souffrance , car tu es triste dans tout ce que tu fais. Tu es semblable aux esprits de l'enfer qui par leurs actions passent leur temps à nier Dieu. Moi, je n'agis pas comme cela, au contraire, je dédie à Dieu toutes mes actions : dans la tristesse, on trouve aussi de la joie, et c'est dans le bonheur qu'il y a de la richesse, ces choses ne sont pas opposées comme le jour et la nuit. En effet,  Dieu a inventé le jour et la nuit, et le comportement des hommes est à cette image. Lorsque l'avarice construit son camp, Dieu le détruit aussitôt; lorsque la chair est lascive, Dieu la frappe sévèrement; et lorsque le plaisir de la chair veut, dans sa vaine recherche de gloire, prendre possession du cercle du ciel, Dieu la détruit en la frappant; tout cela est juste et légitime. Regardes à présent comment vivent les oiseaux du ciel et les affreux serpents sur la terre, qu'ils soient utiles ou inutiles, ils s'entredévorent. Il en est ainsi avec la prospérité et la jalousie de ce monde. Tout n'est pas à rejeter car l'utile purifie l'inutile, et l'inutile l'utile, comme l'or est purifié dans le four. Mais toi tu es en parfait accord avec les choses inutiles, ce qui n'est pas mon cas, car je distingue l'utile et l'inutile suivant la Loi de Dieu. L'âme est le témoignage du Ciel et la chair celui de la terre. La chair dégrade l'âme, mais l'âme réprime la chair. »

...................................................

La vertu de joie céleste : " •« O chose aveugle et sourde, tu n'as pas conscience de la teneur de tes paroles. Dieu a créé l'homme de sorte qu'il soit plein de lucidité, mais , comme l'homme s'est montré défiant, le serpent l'a plongé dans le lac de misère. Regarde donc le soleil, la lune, les étoiles et tous les ornements de la verte vigueur terrestre ( viriditas), et considère à quel point Dieu a accordé, avec eux, la richesse à l'homme, alors que l'homme ose pécher effrontément contre Dieu. Tu es fourbe trompeuse et impie, tu n'as que des pensées dignes de la géhenne, et tu n'a pas la foi, tu ignores où se trouve le salut de Dieu et tu n'y réfléchis même pas. Qui donc te donne des cadeaux lumineux et bons sinon Dieu? Quand le jour arrive à toi, tu l'appelles nuit, quand le salut est là, tu dis que c'est une malédiction; et lorsque les circonstances et les conditions sont bonnes pour toi, tu dis qu'elles sont mauvaises. Par conséquent tu es digne de la géhenne. Mais moi, je possède le Ciel et je regarde  à sa juste valeur tout ce que Dieu a créé, et que toi tu considères comme indigne. Je cueille avec tendresse dans mon cœur, les fleurs de rose et de lys, et toute la viridité en chantant les louanges des œuvres de Dieu, pendant que toi, tu ne cueilles que des gerbes de souffrance , car tu es triste dans tout ce que tu fais. Tu es semblable aux esprits de l'enfer qui par leurs actions passent leur temps à nier Dieu. Moi, je n'agis pas comme cela, au contraire, je dédie à Dieu toutes mes actions : dans la tristesse, on trouve aussi de la joie, et c'est dans le bonheur qu'il y a de la richesse, ces choses ne sont pas opposées comme le jour et la nuit. En effet,  Dieu a inventé le jour et la nuit, et le comportement des hommes est à cette image. Lorsque l'avarice construit son camp, Dieu le détruit aussitôt; lorsque la chair est lascive, Dieu la frappe sévèrement; et lorsque le plaisir de la chair veut, dans sa vaine recherche de gloire, prendre possession du cercle du ciel, Dieu la détruit en la frappant; tout cela est juste et légitime. Regardes à présent comment vivent les oiseaux du ciel et les affreux serpents sur la terre, qu'ils soient utiles ou inutiles, ils s'entredévorent. Il en est ainsi avec la prospérité et la jalousie de ce monde. Tout n'est pas à rejeter car l'utile purifie l'inutile, et l'inutile l'utile, comme l'or est purifié dans le four. Mais toi tu es en parfait accord avec les choses inutiles, ce qui n'est pas mon cas, car je distingue l'utile et l'inutile suivant la Loi de Dieu. L'âme est le témoignage du Ciel et la chair celui de la terre. La chair dégrade l'âme, mais l'âme réprime la chair. »

.......................................................................

Ste Hildegarde nous propose de méditer les passages bibliques suivants pour acquérir la vertu de joie céleste: 

2Co 6.18

1Thess5.16

 Prov 17.22

Ps 118 (117) 24

 Phi 4.4

1Pierre1.8-9

Luc15.10

Ps71(70)23

Job 8.21

........................................................................

Comme lecture sur la joie céleste, je vous propose les écrits de Maria Valtorta dans l'Evangile tel qu'il m'a été révélé, sur les extases de Jésus et celles qu'Il donne à ses biens aimés même sur la terre, c'est à dire nous, si nous nous laissons aimer par Lui  : 

http://www.maria-valtorta.org/Publication/TOME%2007/07-169.htm#CEV47402

........................................................................

Maintenant, vous pouvez lire la prière donnée par Hildegarde pour être loin des vices, en pensant tout spécialement à demander d'être loin du vice de la tristesse de ce monde. Je peux prendre note de ces choses sur un papier de tous les domaines de ma vie ou situations où je ne suis pas dans la joie céleste mais dans la tristesse du monde. J'en demande sincèrement pardon à Dieu et prends des résolutions pour changer..

.................................................................................................

Ensuite vous pouvez terminer en écoutant cette musique d'Hildegarde en lui demandant d'être aidée par elle à recevoir la vertu de joie céleste.

O Clarissima Mater

Date de dernière mise à jour : 27/05/2022