la vertu de détachement ou mépris des choses de ce monde

Aujourd'hui nous méditons la vertu de détachement ( mépris des choses de ce monde, mépris de l'argent et des richesses spécialement ) qui s'oppose au vice de l'avarice.

 

............................................................

Le vice de la cupidité : « Je désire ardemment obtenir quelque chose de somptueux, d'honorable et de beau, et cela me cause du souci; le cadeau le plus petit qui puisse être offert et reçu, je le convoite: car plus je posséderai de biens, plus mes connaissances seront étendues. C'est avec de belles bagues, de beaux colliers et de boucles d'oreille, et avec d'autres trésors que je passerai pour honnête et savante, et je sais estimer la valeur de chaque chose, aussi petite soit elle. Si je ne possédais pas tout cela, je n'aurais ni bien ni honnêteté, et je serais semblable à du bois pourri qui n'a plus ni solidité ni souplesse. Ce n'est que de la sorte que je peux faire le bien auprès de Dieu et des hommes et en faire bénéficier les hommes avec toutes les autres créatures. »

..................................................................

Explication d'Hildegarde : " La cupidité succède à l'entêtement dans l'esprit humain, en effet lorsque l'homme à cause de l'entêtement qui a investi perversement son esprit ne recherche pas Dieu, la cupidité fait bien vite son entrée, car elle n'accorde pas un seul regard à Dieu, mais elle court ici et se précipite là comme un loup qui chasse ce qu'il veut dévorer, et anxieuse elle plonge chacun dans l'inquiétude, se hâtant de s'emparer par tous les moyens, de ce qu'elle peut prendre. Cette image ressemble à une femme jusqu'aux jambes, car les jambes et les pieds de ce personnage sont plongés dans les ténèbres; dans la vaine mollesse envieuse de tout, la cupidité cherche à parvenir à ses fins et obtenir ainsi tout ce qu'elle recouvre, des pas de l'injustice impie, alors que l'on ne peut distinguer ni ses fins, ni ses traces dans une telle impiété. La cupidité endort les hommes par ses paroles, au point qu'ils affirment ne pas posséder suffisamment de biens pour satisfaire leurs besoins immédiats, et ne pas vouloir distribuer ce dont ils pourraient avoir besoin plus tard. Mais cette inconséquence qui les endort les conduit au bout de la perversité, de sorte qu'ils ne font plus aucun cas du bien, et qu'ils n'accordent ce qu'ils ont accumulé ni à eux-mêmes, ni aux autres. Sa tête est recouverte d'un voile, car les hommes qui pratiquent ce péché dissimulent toutes leurs intentions sous la tromperie, et font obstacle à ce qu'ils ont dans leur cœur : leur comportement n'est pas du tout adapté comme devrait l'être celui de tout homme, pour les choses célestes comme terrestres.  Ce personnage est habillé d'un vêtement tout blanc, car la cupidité voudrait montrer ses opinions et ses entreprises sous un jour utile et beau, et comme elle a dérobé tout ce qu'elle a pu parmi divers outils et divers appareils, elle aimerait présenter comme étant bon et nécessaire le fait de vouloir sans cesse accumuler des objets."

................................................................

La vertu du détachement  ou mépris des choses du monde: " •« tu es une mauvaise corde qui mesure les dimensions d'un objet pour voir si ses différentes caractéristiques et sa substance pourraient te servir à assouvir tes penchants charnels. Des générations d'hommes se sont attachés au plus profond d'elles mêmes aux richesses et aux pompes de ce monde, ont demandé des signes au soleil et aux étoiles, et de ce en quoi elles mettaient leur confiance, elles ont fait leur dieu. Or en quoi ces vanités leurs ont-elles été profitables? Et où sont passés à présent leurs richesses, leur honneur et leurs terres ? En enfer. En effet, ces hommes sont punis de la manière qu'ils méritent, pour ne pas s'être assis face à l'Esprit Saint, et ne pas avoir eu de désirs célestes; au contraire, ils n'ont recherché que ce qui est concret et périssable. Moi, je siège face à l'Esprit Saint, et ma trajectoire décrit le cercle ordonné par Dieu. Je suis Son chemin, je L'appelle Père, j'abats les caprices des désirs charnels, et je suis partout présente. Et si je suis moi-même taraudée par des désirs charnels, la crainte envers Dieu et la roue du feu de l'Esprit Saint me réveillent  aussitôt. Et si les peuples m'honorent à la place du nom de Dieu, et s'ils veulent m'apporter tout ce qu'ils ont, j'ignore tout cela; à sa place je ne recherche que le juste nécessaire, et je dis « tout cela m'éloigne du visage de Dieu, et je devrais en rougir. Et si un péché me sollicite, je lui réponds: ce n'est pas toi qui m'as créée, et tu ne peux me libérer du mal; c'est pourquoi je méprise ton imposture, car dès que la flamme de l'Esprit Saint s'allume en moi, il brûle toute impureté, et alors je vole vers le chemin élevé des choses célestes. »

..........................................................................

Ste Hildegarde nous conseille de méditer les passages bibliques suivants pour obtenir la vertu de détachement :

Mt 19.24

Mt 10.37

Mt 12.50

I cor 7.31

................................................................................

Dans Maria Valtorta, Jésus fait un enseignement sur la différence flagrante entre 2 apôtres, Jean et Judas. Je vous propose de lire ici le passage de cet enseignement

Judas était cupide, et voleur ( en plus de menteur et orgueilleux). Voici le passage assez long qui décrit vers la 3eme année de la vie publique, le moment où Judas va voler car peu de temps avant Jésus a décidé de ne plus lui confier la bourse que pendant les 2 premières années de vie publique il tenait ( chaque jour distribuée aux pauvres et utilisée aussi pour les repas des apôtres, argent qui venait de dons) car Judas y puisait pour aller voir les femmes. Jésus est très sévère et appelle "or maudit" cet argent qui perd Judas.

 ..............................................................................

 

Maintenant, vous pouvez lire la prière donnée par Hildegarde pour être loin des vices, en pensant tout spécialement à demander d'être loin du vice de la cupidité. Je peux prendre note de ces choses sur un papier de tous les domaines de ma vie ou situations où je ne suis pas dans lle détachement mais dans la cupidité. J'en demande pardon à Dieu sincèrement et je décide de modifier ce comportement.

..................................................................................................

Ensuite vous pouvez terminer en écoutant cette musique d'Hildegarde en lui demandant de vous accompagner dans l'acquisition de la vertu de détachement ou mépris des choses de ce monde, spécialement le mépris des richesses et de l'argent 

Hildegard von Bingen, Alexandra Marisa Wilcke (Marisa) "O dulcis Divinitas"

Date de dernière mise à jour : 27/05/2022