la vertu d'espérance

Aujourd'hui nous méditons la vertu d'espérance, vertu théologale, qui s'oppose au vice du désespoir

 

.............................................................

Le vice du désespoir: « J'éprouve une épouvantable peur. Qui pourrait m'en délivrer? Et qui pourrait m'aider, et m'arracher aux calamités qui m'accablent? Je suis entouré du feu de la géhenne, et la ferveur de Dieu m'a projeté en enfer. Que me reste t'il sinon la mort?

 Nul bien ne m'octroie de la joie, je n'ai nulle consolation dans mon malheur et tout le bien a déserté le monde »

................................................................

Explication d'Hildegarde : 

« Le désespoir marche sur les brisées de l'absence de foi, laquelle est son aliment et celui des autres péchés : il ne met d'espérance ni en lui-même ni en les autres, et fait comme si l'espérance n'existait pas. On voit que cette image ressemble à une femme car il est image de faiblesse et de vulnérabilité. La tête est couverte d'un voile comme les femmes ont l'habitude, mais un voile couleur ténèbres et un manteau de ténèbres de désolation et de doute, aucune de ses actions n'est durable. Devant le visage de ce personnage apparait une sorte de montagne de soufre ardent, car là où les hommes devraient , dans une foi authentique, rechercher l'espoir bienheureux, leur désespoir les maintient dans une bêtise cuisante et nauséabonde, comme s'ils étaient obnubilés par le sommet d'une montagne et il supprime la verte vigueur et la bonne odeur de la force de l'âme, tout comme le soufre assèche le corps et le fait sentir mauvais. Alors qu'il devrait tourner son cœur vers Dieu qui est le bien ( vers la droite) l'esprit du désespéré n'est qu'exagération de cuisante et amère douleur et regrets inconsolables, car il ne pense pas aux bienfaits de Dieu et ne les espère pas; au contraire il accumule misérablement en son cœur le mal et la rancœur. Ces montagnes produisent un vacarme assourdissant car quand l'homme se précipite dans la perdition par désespoir, il est entouré de nombreuses images illusoires et du son des punitions et ricanements du diable. Derrière le personnage un orage fait un bruit terrible car la contestation que le désespoir oppose à Dieu a conduit à la chute et la catastrophe de nombreuses peines et misères, et il n'a pas recherché la miséricorde de Dieu quand il pouvait encore la trouver. Le personnage est terrorisé et noyé totalement dans les ténèbres car ceux tombés dans le désespoir à cause du piège du diable, sont pris de panique face aux actes qu'ils ont commis, et au lieu de se tourner vers les hauteurs de l'espoir bienheureux, ils s'enfoncent dans la mauvaise conscience et la misérable insatisfaction. « (LMV p. 118)

..............................................................

La vertu de l'Espérance : •« O foyer du diable, tu es aussi le foyer des péchés; tu ne connais rien aux innombrables bienfaits de Dieu et tu n'y réfléchis pas. Si tu tend vers le bien, personne ne pourra t'y aider hormis Dieu; et si tu tend vers le mal, personne d'autre que Dieu ne te jugera pour cela. En effet,  Dieu a créé le ciel et la terre et tout ce qui est utile et Il a même annexé l'enfer sous son pouvoir. Toute récompense est donnée par Lui, et tout jugement du mal provient de Lui. Pourquoi donc t'estimes tu déjà voué à la perdition alors que tu n'as pas encore été jugé? Les esprits malfaisants refusent Dieu, et toi non plus tu ne lui fais pas confiance. Toutes les créatures respectent les préceptes, seul le diable s'y soustrait ; c'est pourquoi il a été relégué en enfer, car il ne pouvait aller ailleurs qu'au sein de la géhenne. C'est pourquoi quiconque désire accomplir le bien ne doit pas se croire déjà voué à la perdition, car Dieu est l'extrême Bonté, et jamais une bonne action n'a été laissée sans récompense par Lui. Moi j'aspire à siéger auprès du trône de Dieu; dans ma foi j'embrasse toutes ses œuvres, j'accomplis de bonnes action et je pousse le monde entier à faire de même. Mais toi, horreur mortelle et infernale, tu n'en fais rien: tu ne fais aucune confiance aux bienfaits de Dieu. Quelle aide y trouves tu donc? Tu passes ta vie à t'imaginer d'innombrables punitions que tu ne verras jamais, et cette vie, tu la gaspilles dans une stupidité puérile. »

.....................................................................

Sainte Hildegarde nous conseille de méditer les passages suivants pour recevoir la vertu d'espérance:

Rm 4.18

Rm 5.5

Rm12.12

1 Thess 5.8

........................................................................

Dans l'Evangile tel qu'il m'a été révélé, Jésus parle de l'espérance : 

"  "J'avais promis de parler de l'espérance à mes disciples et j'aurais expliqué une parabole. La parabole, la voilà : ce vieil israélite. C'est le Père des Cieux qui m'en donne le sujet pour vous enseigner à vous tous la grande vertu qui, comme les bras d'un joug, soutient la Foi et la Charité.Joug plein de douceur.  Gibet de l'humanité comme le bras transversal de la croix, trône du salut comme appui du serpent salutaire élevé dans le désert. Gibet de l'humanité. Pont de l'âme, pour qu'elle libère son vol dans la Lumière, et elle est placée au milieu entre l'indispensable Foi et la très parfaite Charité, parce que sans l'Espérance il ne peut y avoir de Foi, et sans l'espérance la Charité meurt.

La Foi présuppose une espérance pleine de certitude. Comment croire arriver à Dieu si on n'espère pas en sa Bonté ? Comment trouver un appui dans la vie si on n'espère pas en une éternité ? Comment pouvoir persévérer dans la justice si on n'est pas animé par l'espérance que chacune de nos bonnes actions est vue par Dieu et pour en recevoir de Lui une récompense ?

208> De la même manière, comment faire vivre la Charité s'il n'y a pas en nous l'espérance ? L'espérance précède la Charité et la prépare. Car un homme a besoin d'espérer pour pouvoir aimer. Les désespérés n'aiment plus. Voilà l'échelle faite de barreaux et de montants : la Foi c'est les barreaux, l'Espérance les montants; en haut c'est la Charité vers laquelle on monte moyennant les deux autres. L'homme espère pour croire, il croit pour aimer.

Cet homme a su espérer. À sa naissance, c'était un bébé d'Israël comme tous les autres. Il a grandi avec les mêmes enseignements que les autres. Il est devenu fils de la Loi comme tous les autres. Il est devenu homme, époux, père, vieillard, en espérant toujours dans les promesses faites aux patriarches et répétées par les prophètes. Dans sa vieillesse, les ombres sont descendues sur ses pupilles, mais pas dans son cœur. En lui est toujours restée allumée l'Espérance. L'espérance de voir Dieu, de voir Dieu dans l'autre vie. Et, dans l'espérance de cette vie éternelle, une espérance plus intime et plus chère : "voir le Messie". Et il m'a dit, ne sachant pas quel était le jeune homme qui lui parlait : "Si tu abandonnes la Loi, tu seras aveugle sur la terre et au Ciel. Tu ne verras pas Dieu et tu ne reconnaîtras pas le Messie".

Il a parlé en sage. Il y en a trop maintenant en Israël qui sont aveugles. Ils n'ont plus l'espérance parce que l'a tuée en eux la révolte contre la Loi, qui est toujours révolte, même si elle se cache sous des ornements sacrés, si elle n'est pas acceptation intégrale de la parole de Dieu, je dis de Dieu, je ne parle pas des superstructures qui y ont été mises par l'homme et qui, parce qu'elles sont trop, et toutes humaines, se trouvent négligées par ceux mêmes qui les ont établies, et suivies machinalement, par force, avec lassitude, stérilement par les autres. Ils n'ont plus d'espérance, mais se moquent des vérités éternelles. Ils n'ont donc plus de Foi ni plus de Charité.  Le joug divin de Dieu donné à l'homme pour qu'il s'en fasse obéissance et mérite, la croix céleste que Dieu a donnée à l'homme pour conjurer les serpents du Mal pour en tirer le salut, a perdu son bras transversal, celui qui soutenait la flamme blanche et la flamme rouge : la Foi et la Charité, et les ténèbres sont descendues dans leurs cœurs" ( source)

................................................................................

Maintenant, vous pouvez lire la prière donnée par Hildegarde pour être loin des vices, en pensant tout spécialement à demander d'être loin du vice du désespoir. Je peux prendre

 note de ces choses sur un papier de tous les domaines de ma vie ou situations où je ne suis pas dans l'espérance mais dans le désespoir, et j'en demande pardon à Dieu..

.................................................................................................

Ensuite vous pouvez terminer en écoutant cette musique d'Hildegarde en lui demandant de nous accompagner pour acquérir la vertu de l'espérance et combattre en nous le désespoir.

Hildegard von bingen- O vis aeternitatis-

Date de dernière mise à jour : 27/05/2022