Scivias liv III audio Vis7 -13

Voici la suite du livre Audio qui reprend les Visions du livre III d'Hildegarde de 7 à 13 et les enluminures qui illustrent ces visions ( les commentaires en regard des enluminures sont une traduction de textes du couvent de Bingen-)

7eme vision du livre III du scivias : le pilier de la vraie trinité

Hildegarde bingen abbaye sainte hildegarde eibingen enluminure scivias 9 moy

Dieu se révèle dans l'œuvre rédemptrice de son Fils comme trois-un. Dans le coin ouest du bâtiment du salut, Hildegarde a vu une colonne merveilleuse, mystérieuse et extrêmement forte de couleur rouge foncé. Elle représente le Dieu trinitaire. Le Père, la Parole et le Saint-Esprit sont un seul Dieu dans la Trinité, et cette Trinité est l'unité à l'image du pilier parfait de tout bien. Il pénètre les hauts et les bas et gouverne le monde entier. Le pilier est rouge foncé parce que le Fils de Dieu a donné son sang pour le péché humain. Le Fils, conçu du Saint-Esprit, envoyé dans le monde par le Père, n'a pas cherché sa gloire mais celle du Père. Il a ouvert la porte à la consolation inépuisable du Saint-Esprit. Le pilier a trois bords de couleur acier à l'extérieur, de la base au sommet, coupant comme une épée aiguisée. Il s'oppose à la contradiction des ténèbres comme une arête vive. Seuls les cœurs incrédules restent cachés dans sa force et sa puissance. Une crête faisant face au sud, avec beaucoup de paille sèche coupée, indique que tout ce qui s'oppose à la vraie foi sera coupé. Un rebord nord-ouest avec des plumes en lambeaux montre Dieu se vantant fièrement. Les pharisiens, comptant sur eux-mêmes, ont été époustouflés. Le bord médian à l'ouest montre de nombreux bois pourris qui ont été sciés. Ils représentent les impies qui préfèrent suivre les illusions du diable plutôt que les commandements divins. Vous êtes coupé de la joie de vivre. « Que les hommes croient en Dieu comme un et vrai en trois personnes avec un cœur simple et humble, et qu'ils ne le recherchent pas audacieusement parce qu'il est insaisissable. Bien que distinctes, ces trois Personnes divines sont pourtant un Être complet et immuable d'une beauté incommensurable, demeurant dans une unité indivise.  Sr Hiltrud Gutjahr OSB

8eme vision du livre III d'Hildegarde : le pilier de la vraie humanité du Rédempteur

Hildegarde bingen abbaye sainte hildegarde eibingen enluminure scivias 8 moy

Un autre pilier au-delà de la Trinité était si ombragé pour Hildegarde qu'elle ne pouvait voir ni sa force ni sa hauteur. Il signifie l'humanité du Rédempteur, conçu du Saint-Esprit et né de la Vierge comme Fils du Très-Haut. L'incarnation de Dieu dépasse toute connaissance de la raison humaine. « C'est pourquoi ceux qui aspirent au ciel doivent croire et ne pas s'obstiner à s'enquérir comment le Fils de Dieu, envoyé dans le monde par le Père, est né de la Vierge, car la perception humaine ne peut discerner les mystères de Dieu, que le Saint-Esprit révèle à quiconque Il veut. Entre ce pilier et le pilier de la vraie Trinité se trouve un espace ouvert dans le mur. Il dit que le Fils de Dieu incarné - vrai Dieu avec le Père dans le Saint-Esprit - est encore caché dans ses membres. Cela symbolise les croyants qui doivent naître jusqu'à la fin du monde. Au "Pilier de l'Humanité le Rédempteur" se trouve un escalier en forme d'échelle. Il représente l'ascension des croyants au-dessus des pouvoirs célestes d'action à la suite du Fils de Dieu, afin d'achever l'œuvre du salut avec l'aide des pouvoirs divins de la vertu.

Des agents célestes ou des forces vertueuses descendent et montent, et chargés de pierres, se mettent au travail avec de bonnes œuvres. « Ils sont les ouvriers les plus forts de Dieu. » Ils descendent dans le Fils unique de Dieu à travers son humanité et s'efforcent vers le haut à travers sa divinité. Les pierres sont les œuvres lumineuses ailées que les hommes travaillent avec elles.Ils doivent participer à l'œuvre du salut. Il y a sept vertus correspondant aux sept dons du Saint-Esprit : humilité, amour, crainte du Seigneur, obéissance, foi, espérance, chasteté. Ils sont associés à l'esprit de sagesse et de discernement, de conseil et de force, de connaissance et de piété, et à l'esprit de crainte du Seigneur. L'humilité, en haut de la colonne de droite, fait connaître pour la première fois le Fils de Dieu. Elle porte une couronne d'or, pointant vers l'incarnation radieuse du Rédempteur, avec trois griffes saillantes, représentant la Trinité dans l'unité. L'humilité surpasse les autres vertus.Elle scintille avec les riches bijoux des pierres précieuses vertes et rougeâtres les plus précieuses, qui ne peuvent pas être vues dans la miniature. Le fait qu'elle porte un miroir brillant sur sa poitrine avec l'image du Fils de Dieu signifie : dans l'humilité, le Dieu unique s'est révélé au monde. L'humilité est le fondement le plus solide de tout ce qui est bon chez l'homme. L'amour apparaît comme une jacinthe aux couleurs de l'atmosphère céleste. Deux galons ornés d'or et de pierres précieuses sont tissés dans la tunique. Ce sont les deux commandements de l'amour. « Tu aimeras ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même. » Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, il est ton Seigneur. Il gouverne toute la création. Si vous aimez Dieu, vous aimez votre salut. Le troisième chiffre de haut en bas signifie la crainte du Seigneur. Elle porte une robe sombre et n'est pas humanoïde. Sous le regard constant de ses yeux pénétrants, elle inculque aux gens la crainte de la grandeur de la majesté suprême et de la grandeur de la Divinité. Car Dieu doit être adoré et craint par tous les hommes parce qu'ils ont été créés par lui. Cette vertu a beaucoup d'yeux partout et vit entièrement dans la sagesse. Elle tremble d'une grande crainte de Dieu, car elle met la crainte et la terreur dans les cœurs éclairés des hommes, de sorte qu'ils placent leur confiance en celui qui règne pour toujours. La quatrième figure représente l'obéissance, elle porte un ruban blanc comme neige autour du cou car elle blanchit le cœur des hommes par la soumission d'une obéissance croyante. Elle a les mains et les pieds liés par une chaîne brillante, car elle est liée dans le blanc de la vraie foi à l'œuvre de Christ et au chemin de la vérité. Le cinquième personnage, la foi, a une chaîne rouge autour du cou. Elle persévère dans la foi et se pare d'un martyre sanglant. Le sixième personnage, Hope, porte une tunique de couleur pâle car son attitude confiante est incolore. Elle aspire à la vie future. Devant elle apparaît dans les airs la colonne de souffrance du Fils crucifié, vers qui elle lève les yeux et les mains avec dévotion et regarde avec une grande confiance. La septième figure, Chastity, porte une tunique plus brillante et plus pure que le cristal. Sur sa tête est assise une colombe aux ailes déployées comme en vol. Cela signifie qu'elle a été nourrie par la protection du Saint-Esprit. Un enfant brillant apparaît dans son corps comme dans un miroir, avec « innocence » écrit sur son front. Car dans cette vertu vit une belle et résolue intégrité. Elle porte le sceptre de la domination sur la luxure pervertie. Grâce aux droits de rédemption, la vie de tous a été rendue manifeste dans la chasteté par le Fils royal de Dieu. La gauche de la luxure a été écrasée. Au sommet du pilier ombragé, dans une position proéminente au-dessus des sept autres forces célestes, se dresse une silhouette extrêmement belle avec un visage masculin. Elle porte des vêtements épiscopaux et est complètement enveloppée de lumière et de grâce divine. En Dieu, il existe dans la plus grande plénitude et exhorte les gens à se repentir. « Je suis la grâce de Dieu », crie-t-elle. Elle veut toucher les gens avec son avertissement affectueux afin qu'ils commencent à faire le bien. Il resplendit en Dieu. Elle est vêtue d'une tunique violette sombre, c'est-à-dire brûlante d'amour, la grâce divine incline vers la noirceur des pécheurs. Par la repentance, elle édifie les pécheurs à la vie. Une bande rouge et jaune descendant sur ses épaules avant et arrière jusqu'à ses pieds indique qu'elle s'incline devant les croyants avec force et les élève au ciel dans sa bonté. Dans la lueur rouge et jaune, elle dessine l'humanité et la divinité du Fils de Dieu à aimer. Ainsi le croyant se résiste-t-il dans la convoitise du péché, tout mû par la grâce. Elle porte autour du cou un pallium épiscopal orné d'or et de pierres précieuses. Cela signifie : le Christ, le Fils de Dieu, est le Souverain Sacrificateur du Père, il exerce partout l'office sacerdotal avec une force puissante, également par la forme de la grâce. Ainsi, elle est entourée de la plus brillante splendeur de la miséricorde du Tout-Puissant. Leurs bras, leurs mains et leurs pieds sont cachés dans l'ombre parce que la puissance, l'œuvre et la fin du chemin de la grâce divine ne peuvent être vues que chez des personnes qui ne sont alourdies par aucun corps. L'éclat qui l'entoure La grâce divine touche et avertit les gens pour qu'en tant qu'enfants de Dieu, ils méprisent ce qui est fragile et embrassent ce qui reste. "Je suis un pilier inébranlable qui n'abandonne jamais celui qui me cherche." Le long discours de la grâce n'est pas vu en miniature, mais est illustré dans les diverses vertus comme le fruit de la coopération avec la grâce de Dieu. Sr Hiltrud Gutjahr OSB

9eme Vision du livre III du Scvias

Hildegarde bingen abbaye sainte hildegarde eibingen enluminure scivias 7 moy

Une tour d'une splendeur brillante au-delà du "Pilier de l'Humanité du Rédempteur" sur le mur de pierre sud de l'édifice du salut marque l'église. Cette tour, visible à l'intérieur et à l'extérieur de l'édifice, n'est pas encore achevée, de nombreux ouvriers la construisent inlassablement. A son sommet sont construits sept remparts solides, représentant les sept dons du Saint-Esprit - aucun ennemi ne peut les détruire. À l'intérieur de la tour, il y a quelque chose comme une échelle jusqu'au sommet. Aux échelons se trouvent des personnes aux visages de feu, aux robes blanches (rouges dans la miniature) et aux chaussures noires. Grâce à la lueur du Saint-Esprit, la foi devient visible sous l'apparence de bonnes œuvres. Les croyants sont toujours sur le chemin de la tentation et de la souillure, donc en chaussures noires.Alors que certains d'entre eux ont la même apparence, ils sont plus grands et plus lumineux. Immédiatement après la mort du Fils de Dieu, les fondateurs de l'église l'ont bâtie à travers leurs sermons. Car Dieu édifie l'église et la fortifie. De la bouche du Fils de Dieu, ils ont entendu la parole de vie. Vous regardez très attentivement dans la tour. Ce sont probablement les apôtres qui se tiennent en bas, derrière le premier barreau de l'échelle, avec des visages brillants et des robes vertes. La puissance du Christ Jésus, le Fils de Dieu, est une tour extrêmement forte dans laquelle les croyants s'exercent dans une épreuve invincible. Ils ont Christ, le vrai Dieu et homme, au milieu d'eux. En tant qu'Épouse du Fils de Dieu, l'Église reçoit sa force pour combattre le diable de l'incarnation du Fils de Dieu. Du côté nord du bâtiment, Hildegarde voit le monde et les gens courir d'avant en arrière à droite de la tour. Beaucoup, exhortés par l'Ancienne ou la Nouvelle Alliance, s'approchent de l'édifice divin, y entrent et en ressortent. Ceux qui entrent dans le bâtiment sont vêtus d'une robe blanche éblouissante, la robe de la vraie foi. Certains se réjouissent dans une grande joie, ils accomplissent et conservent tout ce que le Saint-Esprit leur inspire avec une dévotion complète. D'autres veulent enlever la robe. La forte puissance de la "connaissance de Dieu" les apaise avec bonté. Certains, encouragés par l'inspiration du Saint-Esprit, saisissent sur eux le chemin difficile du cœur. Certains se moquent, enlèvent avec colère la robe qu'ils ont reçue lors de la renaissance de l'eau spirituelle et retournent dans le monde. Dieu équipe l'église de ses pouvoirs célestes et soutient ainsi les croyants dans la lutte contre le diable. Ceci est montré par les autres éléments d'image de la miniature. À côté du clocher de l'église, au centre de l'image, se trouve un temple avec sept colonnes de marbre et une belle figure vêtue d'une robe dorée. Elle regarde les gens du monde, elle les guide et les garde « Ô paresseux, pourquoi ne venez-vous pas ? N'y a-t-il pas d'aide pour vous si vous voulez venir ? Tu dois marcher et Dieu t'aidera aussi. C'est la Sagesse de Dieu, tenant ses mains respectueusement sur sa poitrine et portant un cercle en forme de couronne sur sa tête, rayonnant de lumière. La divinité brille avec tant de dignité et de beauté. Une bande de pierres précieuses court de la poitrine aux pieds. Depuis le commencement du monde il s'étend, un chemin orné de commandements, jusqu'à la fin des temps, dans le germe verdoyant des patriarches et des prophètes qui imploraient l'Incarnation du Fils de Dieu, paré de la virginité dans la Vierge Marie, puis de la foi rose ferme le martyr et avec l'amour de la tranquillité. Ainsi, il progresse jusqu'à la fin du monde. Son avertissement se répandra aussi longtemps que durera le monde. À côté de la sagesse se trouvent trois autres figures. Ils se tournent vers le Pilier de l'Humanité le Rédempteur et la tour de l'Église. Selon la sagesse par le Saint-Esprit, la justice met tout en ordre chez les gens. Il est si grand qu'il surplombe tout le bâtiment. Dans sa majesté, il surpasse la perspicacité humaine et s'élève vers le ciel. Il semble si étendu que cinq personnes ensemble pourraient constituer son étendue, ce qui signifie l'étendue des cinq sens dans la compréhension humaine avec laquelle il se déplace dans l'étendue de la loi divine. (non représenté sur la miniature) Elle a une grosse tête et des yeux brillants, et regarde attentivement le ciel. Il reste céleste et non terrestre. La grande bannière blanche tenant la justice n'est pas mentionnée dans le texte d'Hildegarde. Il est d'un blanc absolument radieux et transparent comme un nuage joyeux. Il habite la splendeur et la pureté des cœurs humains justes soumis à la justice de Dieu. Elle imite aussi les nuages, car elle se fait une demeure confortable dans le cœur des justes. Elle appelle toutes les autres vertus à travers tout l'édifice : « Levons-nous vigoureusement, car Lucifer répand ses ténèbres sur le monde entier. Nous, les guerriers du ciel, sommes nommés pour vaincre sa méchanceté et sa méchanceté afin que les peuples du monde puissent être sauvés de son inimitié. car Lucifer répand ses ténèbres sur le monde entier. Nous, les guerriers du ciel, sommes nommés pour vaincre sa méchanceté et sa méchanceté afin que les peuples du monde puissent être sauvés de son inimitié. car Lucifer répand ses ténèbres sur le monde entier. Nous, les guerriers du ciel, sommes nommés pour vaincre sa méchanceté et sa méchanceté afin que les peuples du monde puissent être sauvés de son inimitié. Une figure, Force, porte un casque (la force vitale céleste pour le salut du croyant), un bouclier (la loi chrétienne), des jambières (les bons chemins selon l'enseignement des Maîtres) et des gantelets de fer (les œuvres fortes et efficaces que le croyant dans l'accomplissement de Christ). Dans sa main droite, elle tient une épée nue, dans sa gauche une lance. Sous ses pieds, elle écrase un terrible dragon et perce ses mâchoires de désir si sale et diabolique. Elle brandit l'épée et dit : « Ô Dieu tout-puissant, qui peut te résister et te combattre ? Le vieux serpent ne peut pas faire cela. En Dieu Tout-Puissant, personne ne peut me briser. Pour les infirmes, je serai un havre de paix. Ô Dieu doux et bon, aidez ceux qui ont été piétinés ! À côté de la force se trouve une figure à trois têtes, la sainteté. Elle a trois têtes, une triple dignité, une tête à la place habituelle et sur chaque épaule une avec les diverses inscriptions : "Sainteté, racine du bien, sans ménagement". Ce personnage est vêtu d'une tunique de soie blanche et équipé de chaussures blanches comme neige. Par la mort du Christ, elle brille de l'éclat de la renaissance de l'esprit et de l'eau dans le cœur des hommes, afin qu'eux aussi puissent imiter sa mort. Elle porte le signe de la croix sur sa poitrine. En effet, elle éveille constamment dans le cœur attentif des fidèles le souvenir de la Passion du Christ. Dans sa main droite, elle tient une épée nue, qu'elle presse dévotement contre sa poitrine et la croix. Cela signifie qu'avec ce geste, elle rappelle les Saintes Écritures, avec lesquelles les élus commémorent avec amour la Passion de leur Rédempteur. Celle du milieu, qui a « Sainteté » écrit sur son front, dit : « Je viens de St. Humilité. Ma mère, l'humilité, survit et surmonte toutes les adversités. ' La tête à droite, avec l'inscription 'Racine de la bonté' dit : Sur le plus haut sommet de la montagne, qui est Dieu, je me suis enraciné dès que je suis né. Je dois me connecter avec ton cœur pour que tu puisses réussir. La tête à gauche avec l'inscription frontale "Sans se ménager" dit : "Ah, comment suis-je si dur et inflexible que je peux à peine me résoudre à me précipiter à ton secours, ô sainteté, puisque sans moi tu ne peux pas passer. Malheur à celui qui néglige ce qui est bon ! Ô sainteté, afin que tu puisses exister librement par toi-même, j'éviterai le piège rapace du diable et je le briserai dans le vrai Dieu. » Les têtes restent fortes ensemble dans l'unité de l'introspection et de l'amour. Leurs remontrances visent le progrès des gens. Sur le plus haut sommet de la montagne, qui est Dieu, je prends racine à la naissance. Je dois me connecter avec ton cœur pour que tu puisses réussir. La tête à gauche avec l'inscription frontale "Sans se ménager" dit : "Ah, comment suis-je si dur et inflexible que je peux à peine me résoudre à me précipiter à ton secours, ô sainteté, puisque sans moi tu ne peux pas passer. Malheur à celui qui néglige ce qui est bon ! Ô sainteté, afin que tu puisses exister librement par toi-même, j'éviterai le piège rapace du diable et je le briserai dans le vrai Dieu. » Les têtes restent fortes ensemble dans l'unité de l'introspection et de l'amour. Leurs remontrances visent le progrès des gens. Sur le plus haut sommet de la montagne, qui est Dieu, je prends racine à la naissance. Je dois me connecter avec ton cœur pour que tu puisses réussir. La tête à gauche avec l'inscription frontale "Sans se ménager" dit : "Ah, comment suis-je si dur et inflexible que je peux à peine me résoudre à me précipiter à ton secours, ô sainteté, puisque sans moi tu ne peux pas passer. Malheur à celui qui néglige ce qui est bon ! Ô sainteté, afin que tu puisses exister librement par toi-même, j'éviterai le piège rapace du diable et je le briserai dans le vrai Dieu. » Les têtes restent fortes ensemble dans l'unité de l'introspection et de l'amour. Leurs remontrances visent le progrès des gens. La tête à gauche avec l'inscription frontale "Sans se ménager" dit : "Ah, comment suis-je si dur et inflexible que je peux à peine me résoudre à me précipiter à ton secours, ô sainteté, puisque sans moi tu ne peux pas passer. Malheur à celui qui néglige ce qui est bon ! Ô sainteté, afin que tu puisses exister librement par toi-même, j'éviterai le piège rapace du diable et je le briserai dans le vrai Dieu. » Les têtes restent fortes ensemble dans l'unité de l'introspection et de l'amour. Leurs remontrances visent le progrès des gens. La tête à gauche avec l'inscription frontale "Sans se ménager" dit : "Ah, comment suis-je si dur et inflexible que je peux à peine me résoudre à me précipiter à ton secours, ô sainteté, puisque sans moi tu ne peux pas passer. Malheur à celui qui néglige ce qui est bon ! Ô sainteté, afin que tu puisses exister librement par toi-même, j'éviterai le piège rapace du diable et je le briserai dans le vrai Dieu. » Les têtes restent fortes ensemble dans l'unité de l'introspection et de l'amour. Leurs remontrances visent le progrès des gens. afin que vous puissiez exister librement par vous-même, je veux éviter le piège rapace du diable et le briser dans le vrai Dieu. » Les têtes restent fortes ensemble dans l'unité de la vision intérieure et de l'amour. Leurs remontrances visent le progrès des gens. afin que vous puissiez exister librement par vous-même, je veux éviter le piège rapace du diable et le briser dans le vrai Dieu. » Les têtes restent fortes ensemble dans l'unité de la vision intérieure et de l'amour. Leurs remontrances visent le progrès des gens. Ainsi, Dieu aligne l'église avec les agences célestes qui procèdent séparément.  Sr Hiltrud Gutjahr OSB

10eme Vision du livre III du Scivias

Hildegarde bingen abbaye sainte hildegarde eibingen enluminure scivias 6 moy

Au point le plus élevé de l'édifice du salut, là où les deux murs se rejoignent, se trouve un trône de sept marches sur lequel est assis un jeune homme, le Fils de l'homme. Dans une robe cramoisie, il n'est qu'à moitié visible, le reste de son corps est couvert. « Car ce qui arrivera dans l'Église jusqu'à la fin du monde ne se voit ni ne se sait. Parce que le puissant éclair des puissances de Dieu, qui doivent être révélées avant le dernier jour, reste caché au peuple. » Le Fils de l'homme dirige le regard de sa miséricorde vers le peuple et crie d'une voix forte : « Tu gens insensés, vous dépérissez. Vous n'ouvrirez pas un œil pour voir ce que vous êtes dans votre esprit bien doté.Toi, ô homme, tu as la connaissance du bien et du mal et la capacité d'aimer Dieu en vérité et en justice. On vous donne beaucoup, on vous demande beaucoup. En tout, je suis la chose la plus importante et votre aide. » Dans un long discours, il exhorte les croyants, séculiers et spirituels, à faire le bien. Ce discours témoigne de la courtisation de Dieu pour sa créature et de la grandeur de l'homme. Les cinq dernières puissances de Dieu se tiennent devant le Fils de l'homme. Au milieu des trois personnages debout côte à côte se trouve "le pilier le plus solide qui demeure dans le vrai Dieu, qui ne faiblit jamais", la constance. Sur sa poitrine, elle porte deux fenêtres avec un cerf, qui a posé ses pattes antérieures sur la fenêtre droite et ses pattes postérieures sur la gauche pour bondir. Le cerf fait le lien avec la vertu suivante, le désir du ciel. "Comme le cerf aspire aux sources d'eau, mon âme aspire à toi, ô Dieu. Je sauterai par-dessus les montagnes et les collines, ne cherchant que la source d'eau vive. À gauche, la figure du cœur contrit. Elle regarde les fenêtres de la permanence et dit:

"Je regarde toujours vers la vraie lumière et ne peux pas me rassasier assez de Dieu." Le quatrième personnage apparaît dans une roue. Elle n'est visible que jusqu'à sa poitrine et en tient un dans sa main droite petite branche verte. La roue continue de tourner autour d'elle tandis que la silhouette reste immobile à l'intérieur. Autour de la roue est écrit (non visible sur le tableau) : "Celui qui me sert, suis-moi, et là où je suis, là sera mon serviteur." Gravé sur la poitrine de cette figure se trouve : "Je suis toute l'offrande de louange Terre. » C'est la vertu de la perfection ou le mépris du monde. Elle dit : « Je donnerai au vainqueur à manger de l'arbre de vie. La fontaine du salut a noyé la mort et m'a rendu vert de salut. (branche verte) Le dernier des pouvoirs divins avec un éclat brillant sur le visage porte deux ailes blanches qui, dans leur envergure, dépassent la taille de la figure. Elle aime la communion avec les anges et se hâte ainsi vers la vision de la paix éternelle. C'est l'unité, cela dit : « Dieu est juste. Lui seul je l'embrasserai toujours et le louerai inlassablement avec un cœur pur et un visage heureux. Par les agences ou vertus divines, les croyants sont invités à suivre le Fils de l'homme. Il est la pierre angulaire de l'édifice du salut. "Il règne puissamment sur ceux qui, embrasés par le toucher du Saint-Esprit, se sont mis avec tous leurs efforts dans l'accomplissement des vertus et des bonnes œuvres au plus profond de l'âme." Sr. Hiltrud Gutjahr OSB

11ème vision du livre III du Scivias : la fin des temps et l'Antichrist

Hildegarde bingen abbaye sainte hildegarde eibingen enluminure scivias 5 moy

Tout tend vers la fin quand la terre approche de la désintégration de ses pouvoirs. Thème de cette miniature : Dieu laisse cinq royaumes de la fin des temps dans les cinq formes animales précéder la venue de l'Antéchrist. Dans les événements de la fin des temps, il conduit le Fils de l'homme et l'église vers leur consommation. Dans sa victoire sur l'Antéchrist, qui, en tant que « fils de perdition », singe les actes de salut du Fils de Dieu, il détruit finalement le diable. La section supérieure gauche montre, en miniature, les cinq âges dans les différentes formes animales enchaînées à cinq sommets d'une montagne. (un certain laps de temps) Un âge est comme un chien fougueux car cette période mettra au monde des gens vicieux. L'ère; représenté comme un lion jaune foncé parle de gens belligérants qui déclenchent de nombreuses guerres et méprisent la justice de Dieu. Un autre est comme un cheval pâle qui perd sa force dans le flot pécheur de la débauche. L'âge suivant est comme un cochon noir se vautrant dans le fumier de l'impureté, avec des chefs dans la noirceur de la mélancolie. Ils ont mis de côté la loi divine. Le cinquième âge, qui ressemble à un loup gris, est marqué par des gens qui se livrent à beaucoup de vols de pouvoir. Ils renversent les chefs de ces empires et les divisent. Beaucoup sont troublés par les erreurs qui montent des enfers vers les cieux. Les enfants de lumière sont jetés dans la cuve de leur souffrance parce qu'ils ne renient pas le Fils de Dieu et rejettent le Fils de perdition. Les animaux se tournent vers l'ouest, car ces temps éphémères passent avec le soleil couchant. A l'est (partie droite de l'image) le Fils de l'homme est à nouveau visible dans un angle de liaison de l'édifice du salut dans une tunique cramoisie. Du nombril vers le bas, il brille en partie comme l'aurore, c'est-à-dire avec le sang des martyrs qui louent Dieu par leur témoignage de foi. Ceci est indiqué par la lyre sur les genoux du Fils de Dieu. Il est également éclipsé par des personnes instables dans l'église. Ses pieds apparaissant plus blancs que le lait signifient qu'après le rejet du Fils de la perdition, le Fils de l'homme brillera dans la foi catholique avant la fin du monde. De cette façon, la vérité sera vue clairement à travers lui. La seconde moitié de la miniature examine les mêmes événements du point de vue de l'Église que l'épouse du Fils de Dieu. La figure féminine de l'église personnifiée, qui n'apparaissait jusqu'alors que jusqu'au nombril, apparaît désormais du nombril vers le bas. Son torse rayonnant de la lumière du ciel couronné dans la pose orange, montrant des taches squameuses décolorées de la taille vers le bas. Elle est blanche et rouge jusqu'aux genoux, comme si elle avait été sévèrement battue, des genoux à ses pieds blancs, elle est ensanglantée par les souffrances des croyants. Dans l'abdomen de la figure de l'église se trouve une tête noire et informe avec des yeux de feu, des oreilles d'âne, un nez et une gorge comme un lion avec une bouche grande ouverte et des dents dénudées. C'est le fils de la perdition. Après sa chute, l'ange de lumière déchu Lucifer a annoncé qu'il combattrait désormais Dieu sur et à travers les personnes faibles. « J'établirai ma domination dans le sein de la femme. » Quoi que fasse le fils de la méchanceté qui sort de l'église, il le fait avec violence, orgueil et cruauté. Il exhorte les gens à le suivre avec un commandement et un grand étonnement. Il singe le Fils de Dieu. A un certain moment, après de nombreux actes de séduction, la tête informe s'est détachée de sa place avec beaucoup de bruit, comme le montre la miniature. La tête noire avec une abondance de matières fécales s'est élevée comme au-dessus d'une montagne, comme si elle voulait grimper vers les hauteurs du ciel. Mais la puissance de Dieu (rayon de lumière jaune sur l'image) renverse le fils de perdition. Il gît sur le sol, détruit par le coup final de Dieu.  Une vapeur nauséabonde s'empare de toute la montagne, et la tête est couverte d'une grande saleté. Les personnes présentes disent : « Malheur à nous ! Qu'est-il arrivé? Une grande horreur et des lamentations caractérisent ceux qui se tiennent là. Après la défaite du fils de perdition, l'Antéchrist, les pieds de la figure féminine apparaissent blancs. Beaucoup de ceux qui se sont égarés reviennent à la vérité.  Sr Hiltrud Gutjahr OSB

12eme Vision du livre III du Scivias : le jour de la grande révélation

Hildegarde bingen abbaye sainte hildegarde eibingen enluminure scivias 4 moy

Dans cette miniature, Dieu révèle à la voyante la fin du monde lorsque le Fils de l'homme reviendra pour le Jugement dernier. La fin du monde correspond à la mort de l'homme. "Car puisque le cours du monde est déjà terminé, il ne peut plus subsister, mais est détruit par décret divin. Car, de même qu'un homme qui est sur le point de mourir est visité par de nombreuses maladies, de sorte qu'à l'heure de sa mort il périt avec une grande douleur, une telle adversité précédera la fin du monde et à la fin de celle-ci se dissoudra avec diverses horreurs. » Comme les autres visions du troisième livre, cette vision peut être lue au sens de l'histoire du salut, ainsi qu'au sens du parcours de vie de l'individu de la naissance à la mort.   En ce dernier jour, le monde entier sera secoué par des terreurs et des tempêtes seront brisées, et tout ce qui est tombé sur lui prendra fin. Le feu et l'eau éclatent et remuent la terre. La foudre, la foudre, les montagnes et les forêts tombent, tout ce qui est mortel expire. Ce chaos est représenté dans la partie inférieure de la miniature dans un cercle. Tous les éléments sont nettoyés dans le processus. Surtout, l'ange trompette sonne son appel : « Vous, enfants des hommes qui reposez sur la terre, levez-vous ! » Aussitôt tous les ossements humains se rassembleront en tout lieu de la terre et seront recouverts de sa chair. Comme l'eau transpire le sel, la terre abandonne toutes les créatures. Les gens apparaissent en toute intégrité en fonction de leur sexe. Les bons brillent dans la gloire, les méchants paraissent noirs avec des visages voilés. Le travail de chaque homme est visible. Il devient visible à quel point l'homme a cherché Dieu dans l'enfance, dans la jeunesse, dans la vieillesse ou à la fin de sa vie. Comme un puissant éclair, le Fils de l'homme s'est embrasé au-dessus de tous. Sur un nuage avec le même visage qu'il portait sur la terre et avec des plaies ouvertes, le Fils de l'homme est intronisé comme sur une flamme dans une roue rouge. Des chœurs d'anges sont autour de lui avec les signes de sa souffrance (avec croix, lance, clou). Le divorce vient après la puissante tempête pour nettoyer le monde. Ceux qui sont scellés dans la foi sont conduits par un tourbillon à rencontrer le juge avec le Fils de Dieu à leur tête, et la joie céleste leur est accordée. Les endurcis dans l'incrédulité sont dans la région de la damnation avec le diable lié. Ainsi le ciel reçoit les élus dans la gloire éternelle parce qu'ils ont aimé le Souverain des cieux. L'enfer dévore les rejetés parce qu'ils n'ont pas laissé partir le diable.  Sr Hiltrud Gutjahr OSB

13eme vision du livre III du Scivias : le nouveau Ciel et la nouvelle terre

Hildegarde bingen abbaye sainte hildegarde eibingen enluminure scivias 3 moy

Une fois le jugement terminé, il y a un grand silence et un grand silence. Les éléments brillent d'une clarté sereine, comme si leur peau noire avait été dépouillée. L'air est pur, l'eau est claire. Tous les corps célestes brillent dans toute leur puissance et leur beauté. Ils s'immobilisent pour ne plus former de division entre le jour et la nuit. il fait jour Au-dessus d'eux brillent dans la miniature "toutes les fleurs du Fils de Dieu": les patriarches et les prophètes, les apôtres, les martyrs, les confesseurs, les vierges, les veuves, qui ont fidèlement imité le Fils de Dieu et ceux qui ont devancé l'Église dans le monde et les questions spirituelles. Aussi les ermites et les moines qui imitaient l'ordre des anges. Ce sont les saints qui se tiennent en hymnes dans le deuxième cercle de la miniature.Les hymnes de louange aux joies des citoyens du ciel visent le Dieu trinitaire qui règne en maître en tant que Père, Fils et Saint-Esprit. Avec Marie et Jean-Baptiste, la Trinité est encadrée et domine le tableau.  Sr Hiltrud Gutjahr OSB

toujours la 13eme Vision : le Choeur des bienheureux

Bildschirmfoto 2011 12 09 um 16 54 12

De nombreuses demeures différentes de joies incompréhensibles sont dans le ciel. Ceci est illustré à la perfection par les différents cercles ou médaillons avec les saints chantants. « Les louanges au Créateur céleste doivent être incessantes avec la voix du cœur et de la bouche. Il assigne par sa grâce des places dans le ciel à ceux qui sont debout et droits, à ceux qui tombent et à ceux qui se prosternent. » Cette miniature continue la louange des saints à Dieu, sous la présidence de Marie. Elle trône comme le « premier corps sonore » au-dessus des chœurs des anges, qui se dressent au-dessus des apôtres, des patriarches et des prophètes, des vierges, des confesseurs et des martyrs.Les différents saints peuvent être reconnus avec les attributs correspondants, tels que Jean-Baptiste avec l'agneau, Pierre avec la clé et les vierges avec les palmes. Comme une multitude de voix dans un hymne harmonieux de louange, je chante en parfaite unanimité. L'harmonie céleste proclame la Divinité, et la Parole révèle l'humanité du Fils de Dieu. Les rouleaux vides ou segments circulaires entre les médaillons avec les saints pourraient symboliser l'harmonie de la musique des sphères déterminant le texte.

De l'air baigné de lumière sont des hymnes de louange de ceux qui habitent dans les joies du ciel, et des lamentations pour ceux qui sont encore dans le péché, mais sont rappelés aux mêmes hymnes de louange et de joie. Des chœurs alternants des puissances de Dieu qui s'appellent pour secourir les affligés, De la louange de Dieu vient l'hymne de louange aux anges, aux prophètes et aux saints en qui Dieu accomplit ses œuvres. Dans le chant de louange, la relation entre Dieu et ses créatures est mise dans le bon ordre. Quiconque connaît Dieu par la foi doit chanter ses louanges sans cesse, se réjouissant dans la dévotion comme David, qui a dit : "Louez-le au son de la trompette, avec la harpe et la cithare, avec le tambour et la danse, avec les cordes : tout ce qui respire, louez le Seigneur." (Psaume 150) "Louez Dieu, cœurs bénis, dans toutes ses merveilles que Dieu a opérées sous la forme féminine, en Marie." Marie, en tant que vierge et "matière lumineuse", incarne la perfection dans la création rachetée.  Sr Hiltrud Gutjahr OSB

Date de dernière mise à jour : 06/06/2022