Scivias Livre I vision 3eme

VISION 3EME DU LIVRE I DU SCIVIAS D'HILDEGARDE

Hildegarde bingen abbaye sainte hildegarde eibingen enluminure scivias 32 moy

Petite explication de la vision par une religieuse du couvent de Bingen

« Non seulement Dieu fait connaître ce qui est visible et temporel à travers sa création, mais aussi ce qui est invisible et éternel. » (Scivias I.3.1.)

Les gens du Moyen Âge, enracinés dans la foi, ont saisi les réalités de l'être dans une vision du monde symbolique. Il a pu comprendre le caractère de référence des choses sensibles au surnaturel, il a considéré le monde transitoire comme une parabole de l'immortel. Hildegarde, qui avait une belle sensibilité pour la réalité de Dieu, était aussi en contact avec la nature. Dans cette troisième vision, elle nous apprend à lire l'œuvre salvifique de Dieu dans la création.

L'objet de la vision, qui ressemble à un mandala coloré sur la miniature, est une structure en forme d'œuf avec une zone extérieure de feu (or peint), une sphère sombre, une couche d'éther et une couche d'air humide. Des vents et des lumières de différentes tailles dominent dans ces zones. Au milieu de l'image, il y a une boule de sable avec une montagne.

Dans cette image, l'univers est décrit, qui est interprété dans un sens symbolique par la voix divine au cours de la vision. C'est ainsi que nous apprenons à épeler l'univers en termes de croyances.

L'univers entier pointe vers le  Dieu tout-puissant et incompréhensible . La couche de feu la plus externe signifie la double œuvre de Dieu :  vengeance  ardente sur les incroyants,  consolation  sur les croyants. La grande boule de feu de cette couche est le soleil signifiant le Fils unique de Dieu , le soleil de justice. Trois luminaires, trois planètes se dressent au-dessus de ce soleil, dans le mystère de la Trinité . Les vents dans cette couche indiquent la vraie prédication  . En ce sens, l'interprétation se poursuit dans la couche suivante pleine de feu sombre. Elle est la sphère de la frénésie gangrenée . Vos vents sont les discours malveillants du diable , leur feu est un meurtre. L'éther le plus pur qui suit la couche sombre de la peau symbolise la  foi . La boule de lumière qui illumine cette sphère est la lune et en même temps le symbole de l'  église invincible . Deux lampes, c'est-à-dire l'  Ancien et le Nouveau Testament , donnent un pied à l'Église. Une multitude de petits orbes de lumière dispersés à travers l'éther sont les brillantes  œuvres de dévotion  dans la pureté de la foi. L'air humide au-dessous de l'éther fournit de l'eau à tout l'univers : en cela nous voyons l'effet du  baptême . La boule de sable flottant au milieu de ces éléments, la terre, pointe vers l'  être humain envers, qui "se tient au milieu du pouvoir des créatures irraisonnées comme le seul être d'une profondeur contemplative." (Scivias I.3.16.)

Toute la création est au service de l'homme. Mais à travers la chute de l'homme, l'homme a perdu la juste relation avec la création. Il ne les considère plus dans leur caractère symbolique, mais les pose absolument. De ce fait, la création prend la place du créateur lui-même aux yeux de l'homme. Dieu accuse un tel abus de la création par l'homme, par exemple en divination, en astrologie et en magie : « Ces hommes me tentent avec leur art impie. Peuvent-ils, par leurs investigations, allonger ou raccourcir la durée de vie qui leur est impartie par leur Créateur ? » (Scivias I.3.20.) Pourtant la lamentation n'a pas le dernier mot, mais la miséricorde rédemptrice de Dieu : « Les étoiles et les autres Créatures ne vous interrogez pas sur votre destinée. Parce que si tu veux en savoir plus que vous ne devriez, vous êtes trompé par le vieux séducteur. […] Mais une chose que le diable ne savait pas : que l'homme serait racheté par le Fils de Dieu. » (Scivias I.3.30.) Pour l'homme racheté, la création recommence à briller d'une lumière intérieure et de l'amour de Dieu. pour sa créature Pour révéler.

Sr. Maura Zátonyi OSB ( source ; abbaye de Bingen )

SOMMAIRE de la VIsion

  SOMMAIRE: 1.Que par les choses visibles et temporelles les invisibles et les éternelles sont manifestée. -2. Du firmament sous une forme ovale. 3.- Du feu lucide et de l'enveloppe d'ombre. -4. 4.De la position du soleil et de trois étoiles. 5- De l'ascension du soleil. - 6De son inclinaison et ce qu'elle signifie. - 7Les paroles des Actes des apôtres sur le même sujet. -8. Du premier vent et de ses tourbillons. - 9.Du second vent et de ses tourbillons. -10. Du feu ténébreux, de son crépitement et des pierres aiguisées. 11- De l'air très pur, de la position de la lune et de deux étoiles. 12- Du troisième vent et de ses tourbillons 13.- De l'air humide et de l'enveloppe (nuée) blanche. -14. Du quatrième vent et de ses tourbillons - 15.Du globe terrestre sablonneux. -16. Les paroles de David sur le même sujet. 17- Du tremblement de terre et de sa signification. 18.- De la plus grande montagne entre l'Aquilon et l'Orient. 19.- De ceux qui, par un art pervers, scrutent l'avenir dans les créatures. 20.Paroles de l'Evangile. - 21Comment Satan se Moque des hommes par l'art magique. - 22.Parabole sur le même sujet. - 23.Lorsque tout sera achevé pour le salut et l'utilité de l'homme, le siècle changera, 24.- Paroles de Job sur le même sujet. 25.- Les paroles de Dieu sur le même sujet. -26. Que Dieu ne veut plus tolérer les augures par les étoiles et les autres créatures.27. - De la sottise et de l'opiniatreté de l'homme. 28.- Comparaison du bouc, du cerf et du loup. 29.- Comparaison du médecin. -30. Paroles de Jean.

VISION PROPREMENT DITE - Texte d'Hildegarde du Scivias

 

 

Hildegarde bingen abbaye sainte hildegarde eibingen enluminure scivias 32 moyAprès cela, je vis une immense sphère ronde et ombreuse, ayant la forme ovale, moins large au sommet, plus ample au milieu, rétrécie à la base ; ayant à sa partie extérieure un cercle de lumière étincelante, et au dessous une enveloppe ténébreuse.

Et dans ce cercle de flamme, était un globe embrasé si grand, que toute la sphère en était illuminée, il avait au dessus de lui, rangées avec ordre, trois étoiles qui retenaient le même globe dans son activité ignée, de peur qu’elle ne tombât peu à peu ; et ce globe s’éleva parfois plus haut, et il lui vint plus de lumière ; de telle sorte qu’il put lancer ses rayons de flamme plus loin ; et puis parfois, il descendit plus bas, et le froid fut plus intense parce qu’il avait retiré sa flamme.

Mais de ce réseau de flamme qui entourait la sphère, un souffle (vent) avec ses tourbillons sortait ; et de l’enveloppe ténébreuse qui environnait le réseau de flamme, un autre vent avec ses tourbillons grondait, et se répandait en tous sens sur la sphère. Dans cette même enveloppe était un feu ténébreux, qui inspirait une si grande horreur, que je ne pouvais le regarder ; et qui, plein de troubles, de tempêtes et de pierres aigues, grandes et petites, agitait cette enveloppe de toute sa puissance.

Tandis qu’il faisait entendre son crépitement, le cercle lumineux, et les vents et l’air étaient agités ; de telle sorte que les éclairs prévinrent le grondement lui-même, parce que ce feu ressentait d’abord en lui la commotion qui produisait le tumulte. Mais sur la même enveloppe le ciel était très pur, et n’avait aucun nuage au dessus ; et dans ce ciel aussi, je distinguais un globe de feu ardent d’une certaine grandeur ; et au-dessus de lui, deux étoiles placées ostensiblement, qui retenaient le globe lui-même, pour qu’il n’excédât pas le but de sa course ; et dans le même ciel, beaucoup d’autres sphères lumineuses étaient placées de toutes parts, parmi lesquelles, le même globe se déversant un peu, envoyait par instant sa lumière ; et recourant au premier globe de feu embrasé, pour restaurer sa flamine, l’envoyait de nouveau vers les mêmes sphères.

Mais de ce ciel lui-même sortait, avec impétuosité, un souffle de vent avec ses tourbillons ; qui se répandait sur toute la sphère céleste. Sous ce ciel même, je voyais l’air humide, qui avait au-dessous une (enveloppe blanche) un nuage, qui se répandant de tout côté, étendit cette humidité sur toute la sphère. Et cette humidité s’étant amoncelée, une pluie soudaine tomba avec beaucoup de bruit ; et lorsque elle se fut épanchée doucement, une pluie fine tomba avec un léger bruissement. Alors un souffle (de vent) avec ses tourbillons sortit pour se répandre sur toute la sphère. Et au milieu de tous ces éléments, était un globe sablonneux d’une immense étendue, que les mêmes éléments environnaient, de telle sorte, qu’il ne pouvait disparaître ni dans un sens ni dans l’autre. Et tandis que les mêmes éléments avec les divers souffles luttaient ensemble, ils contraignaient le même globe (sablonneux) à se mouvoir un peu par sa force. Et je vis, entre l’Aquilon et l’Orient, (le nord et l’est) comme une grande monagne qui retenait vers l’Aquilon de nombreuses ténèbres, et vers l’Orient beaucoup de lumière ; de telle sorte que cependant la lumière ne pouvait atteindre les ténèbres, et les ténèbres atteindre la lumière.

 

1. Que par les choses visibles et temporelles les invisibles et les éternelles sont manifestée..

Et j’entendis de nouveau une voix du ciel qui me disait : Dieu qui a fait toutes choses par sa volonté, les a créées pour la connaissance et l’honneur de son nom ; non seulement pour montrer en elles les choses visibles et temporelles, mais pour manifester en elles les choses invisibles et éternelles. Ce qui est démontré par la vision que tu contemples. 

2- Du firmament sous une forme ovale.

Car cette immense sphère ronde et ombreuse que tu vois, ayant la forme ovale, moins évasée au sommet, plus ample au milieu, et rétrécie à la base, signifie fidèlement, le Dieu tout-puissant, incompréhensible en sa majesté, et inestimable dans ses mystères, l’espoir de tous les fidèles. Primitivement les hommes étaient rudes et simples dans leurs moeurs ; ensuite dans l’ancienne et la nouvelle loi, devenus plus instruits, ils se molestèrent et s’affligèrent mutuellement ; mais sur la fin des temps ils auront à souffrir beaucoup de traverses, dans leur endurcissement.

3- Du feu lucide et de la nuée d'ombre

Sur la partie extérieure, tout autour, se trouve une flamme lumineuse, environnée d’une enveloppe d’ombre. Elle désigne ceux qui étant hors de la foi, sont consumés par le feu de la vengeance de Dieu ; ceux au contraire qui demeurent dans la foi catholique, Dieu les purifie par le feu de sa consolation ; déjouant ainsi les desseins ténébreux de Satan ; comme il fut fait lorsque le démon, créature de Dieu, voulant se révolter contre lui, tomba foudroyé dans la perdition.

4. De la position du soleil et de trois étoiles.

- Et dans cette flamme le globe d’un feu étincelant d’une grandeur telle, qu’il éclaire toute la sphère, montre, par la splendeur de sa clarté, ce qu’est dans Dieu le Père, son Fils unique ineffable, le soleil de justice embrasé de l’ardente charité, et possédant une gloire si grande, que toute créature est illuminée par la clarté de sa lumière. Il a au-dessus de lui trois étoiles, rangées avec ordre, qui retiennent le globe dans le rayonnement de leur flamme, c.à.d. la Trinité qui assujettit toutes choses à son administration ; elles démontrent que le Fils de Dieu, descendant du ciel sur la terre, délaissant les anges dans les cieux, manifesta même aux hommes qui ont un corps et une âme les choses célestes ; et ceux-ci, le glorifiant du bénéfice de sa lumière, renoncèrent à toute erreur funeste ; lorsqu’il fut magnifié comme étant le véritable Fils de Dieu, incarné dans le sein d’une vierge sans tache ; lorsque l’ange le leur eut annoncé, et que l’homme vivant dans son corps et dans son âme, l’eut reçu avec une joie fidèle.

5- De l'ascension du soleil.

 

Le même globe s’élève parfois plus haut, et il lui vient plus de lumière, de telle sorte qu’il étend ses flammes (rayons) plus loin : signifiant que lorsque le temps fut venu, que le Fils unique de Dieu dut s’incarner pour la rédemption et le relèvement du genre humain, par la volonté du Père, le St-Esprit, en la vertu du Père, opéra merveilleusement les suprêmes mystères dans la bienheureuse Vierge ; de telle sorte que, le même Fils de Dieu resplendissant admirablement dans la pudeur virginale, par la virginité féconde, la virginité devint glorieuse, puisque l’incarnation très désirable fut réalisée dans une très illustre Vierge.

6.  - De son inclinaison et ce qu'elle signifie. -  

Et le même globe de feu s’incline parfois plus bas, et il lui vient plus de froidure, c’est pourquoi il retire aussitôt sa flamme, pour signifier que le même Fils unique de Dieu, né d’une vierge, et abaissé ainsi miséricordieusement vers la pauvreté des hommes, au milieu des misères de toutes sortes, supporta toutes les infirmités corporelles, après s’être montré corporellement au monde ; et quitta le monde, pour retourner vers son père, en présence de ses disciples, comme il est écrit

7- Les paroles des Actes des apôtres sur le même sujet.

: Il s’éleva en leur présence, et une nuée le ravit à leurs yeux. Ce qui veut dire : Les enfants de l’Eglise, ayant reçu le Fils de Dieu dans la science intérieure de leur cœur : la sainteté de son corps s’éleva, par la puissance de sa divinité ; et, dans un miracle mystique, la nuée du secret mystère le ravit, pour le cacher aux yeux mortels ; car les éléments étaient à son service.

8- Du premier vent et de ses tourbillons

Mais comme tu vois, de cette flamme lumineuse qui entoure la sphère, sort un souffle (de vent) avec ses tourbillons : ce qui montre que, du Dieu qui remplit l’univers de sa toute puissance, une réelle diffusion se fit de paroles de justice, lorsque le vrai Dieu vivant fut manifesté aux hommes en vérité.

9- Du second vent et de ses tourbillons.  

Et de cette enveloppe qui l’environne, un autre souffle impétueux fait rage avec ses tourbillons, parce que de la colère de Satan, qui ignorant Dieu ne le craint pas, sort la mauvaise renommée avec les discours insensés, qui se répandent en tous sens sur la sphère ; car dans le siècle, des rumeurs utiles ou inutiles se mêlent de diverses manières, parmi les peuples.

10. Du feu ténébreux, de son crépitement et des pierres aiguisées.

Dans la même enveloppe, un feu ténébreux inspire une si grande horreur, que tu ne peux le regarder : ce qui signifie, que dans les plus lâches et les pires embûches de l’antique trompeur, l’affreux homicide cause tant de troubles, que l’esprit humain ne peut discerner son insanité, qui agite toute cette enveloppe ; parce que l’homicide, mit le comble, par son horreur, à toutes les malignités diaboliques ; lorsque dans les premiers nés, la haine bouillonnant de colère, perpétra le fratricide. - Ce feu était plein de grondements de tempêtes, et de pierres aiguisées grandes et petites : parce que l’homicide se mêle à l’avarice, à l’ivresse et aux plus cruelles méchancetés qui, sans miséricorde, se mettent en furie pour l’homicide et les crimes moins iniques. Lorsqu’il fait entendre son grondement, la flamme lumineuse, et les vents et les airs s’agitent : parce que lorsque l’homicide fait un bruit strident, dans le désir de l’effusion du sang : la suprême justice, les rumeurs rapides, qui tendent de toutes parts à la ruine du criminel, se soulèvent pour la vengeance, en vue du juste jugement : de telle sorte que les éclairs précèdent le son, parce que ce feu éprouve d’abord en soi la commotion qui produit le tonnerre. Car la sévérité du divin examen, l’emportant sur le crime, opprime le criminel ; parce que la divine majesté, avant que le frémissement que cause un pareil crime se manifeste publiquement, avec ce regard auquel rien n’échappe, a tout prévu manifestement.

 

11- De l'air ( éther) très pur,

Mais sur cette enveloppe ( nuée) le ciel est très pur et sans voile ; parce que, sous les embûches de l’antique trompeur, la foi lumineuse resplendit, dans laquelle ne se cache aucune incertitude d’infidélité ; elle ne vient pas d’elle-même, mais elle est fondée sur le Christ. Et dans ce ciel, tu vois un globe de feu brûlant, d’une grande étendue, qui désigne véritablement l’Eglise, unie dans la foi, comme te le démontre cette blancheur d’innocente clarté, qui lui forme une auréole de gloire ; et au-dessus d’elle deux étoiles placées distinctement, et retenant le globe de peur qu’il ne s’écarte de sa course : qui montrent par leur signification, que deux Testaments, celui de l’ancienne et de la nouvelle autorité, édités par la volonté d’en haut, conduisent l’Eglise (à l’accomplissement) des divins préceptes, basés sur les mystères célestes ; et ils la retiennent, de peur qu’elle ne s’avance précipitamment, selon la variété des moeurs ; et parce que l’ancien et le nouveau témoignage, lui montrent la béatitude de l’héritage suprême.

12. de la position de la lune et de deux étoiles. 

C’est pourquoi aussi, dans le même éther ( ou ciel), de nombreuses sphères lumineuses sont posées de tout côté, sur lesquelles le même globe (lumineux) se déversant parfois, envoie sa clarté ; parce que dans la pureté de la foi, de nombreuses et magnifiques œuvres de piété apparaissent de tout côté, dans lesquelles l’Eglise soutient un peu de temps le mépris, tandis que la splendeur de ses merveilles s’évanouit un peu, et que plongée dans la tristesse, elle admire cependant l’éclat des premières œuvres dans des hommes parfaits ; et ainsi, recourant au globe de feu, pour y restaurer sa flamme, il la fait rayonner sur les mêmes sphères ; parce qu’elle-même, plongée dans le repentir, et s’avançant sous la protection du Fils de Dieu, reçoit de lui le support de la divine consolation, en manifestant l’amour des choses célestes, par les bonnes œuvres

13- Du troisième vent et de ses tourbillons

De cet éther ou ciel, un souffle (de vent) avec ses tourbillons s’échappe avec impétuosité, et se répand de toutes parts sur la dite sphère ; parce que, sur l’unité de la foi, la retentissante renommée venant au secours des hommes, avec les preuves et les assertions véritables, atteint avec une grande célérité les confins de l’univers.

14. - De l'air humide et de l'enveloppe (nuée) blanche. 

Sous le même ciel, tu vois l’air humide, et au-dessous une enveloppe blanche (un nuage) qui, s’étendant en tous sens, propage l’humidité sur toute la sphère ; parce que, par la foi qui était l’âme des pères anciens ou modernes, le baptême, établi dans l’Eglise pour le salut des croyants, (comme il t’est manifesté véridiquement) sur l’innocence de la bienheureuse constance, se propagea partout sous l’inspiration divine, découvrant à l’univers entier, la source du salut pour les croyants.

Lorsque ce nuage s’amasse soudain, il laisse tomber la pluie avec les frimas ; et pendant qu’il s’épanche doucement, tombe une pluie légère avec un bruissement ; parce que, tandis que parfois, le baptême se propageait par les apôtres de la vérité, dans tout l’élan de la prédication et la profondeur de leur esprit : il se manifestait à l’étonnenement des hommes par l’abondance rapide des paroles, et dans le débordement de leur prédication ; parfois aussi, le baptême se dilatant par la prédication, avec une douce modération, se propageait par une irrigation suave, les peuples se sentant attirés avec tout le discernement désirable.

15.  - Du quatrième vent et de ses tourbillons

Et de lui aussi, un souffle avec ses tourbillons sortait et se répandait par toute la sphère ; parce que dès la diffusion du baptême, qui apportait le salut aux croyants, la renommée véritable se propageant avec les paroles de doctes discours, pénétra le monde entier de la manifestation de sa béatitude, chez les peuples qui délaissaient l’infidélité, pour embrasser la foi catholique, comme il a été dit clairement.

16- Du globe terrestre sablonneux.

Et au milieu de ces éléments est un globe sablonneux, d’une grande étendue, que les éléments entourent ; de telle sorte qu’il ne peut se porter dans un sens ou dans l’autre : ce qui montre manifestement, dans la puissance des créatures de Dieu, l’homme objet des profondes considérations (de la Trinité sainte), fait du limon de la terre, d’une manière admirable, en vue d’une grande gloire ; et tellement environné de la vertu des créatures, qu’il ne peut être nullement séparé d’elles ; parce que les éléments du monde, créés pour le service de l’homme, sont à son usage ; tandis que l’homme, assis au milieu d’eux, les domine par une disposition divine ;

17- Les paroles de David sur le même sujet. -

comme le dit David inspiré par moi : Vous l’avez couronné de gloire et d’honneur, et vous l’avez établi roi sur les ouvrages de vos mains. Ce qui veut dire : O Dieu, qui avez fait admirablement toutes choses, vous avez couronné l’homme de la couronne d’or de l’intelligence ; et vous l’avez revêtu du vêtement superbe de la beauté visible ; en le plaçant ainsi, comme un prince, au-dessus de vos ouvrages parfaits, que vous avez disposés avec justice et bonté, parmi vos créatures. Car vous avez octroyé à l’homme des dignités plus grandes et plus admirables qu’aux autres créatures.

18. Du tremblement de terre et de sa signification. - 

Mais, comme tu vois, tandis que parfois ces éléments luttent entr’eux avec les vents, ils contraignent le globe lui-même à se mouvoir un peu : parce que, quand il est convenable, les créatures de Dieu, par la renommée des miracles du créateur, s’assemblent entr’elles ; de telle sorte que le miracle disparaît sous un miracle plus grand, par la vertu des paroles ; et l’homme saisi par la grandeur de ces merveilles, sent l’agitation de son esprit et de son corps ; et, terrassé par ces prodiges, il considère le néant de sa fragilité.

19. De la plus grande montagne entre l'Aquilon et l'Orient.

Et tu vois entre l’aquilon et l’orient, comme une grande montagne, environnée du côté de l’aquilon de beaucoup de ténèbres, et du côté de l’orient d’une grande lumière : parce que, entre l’impiété diabolique et la divine bonté, apparait la grande chute de l’homme, par l’affreux mensonge de l’esprit malin qui causa aux réprouvés les multiples misères de la damnation ; et, par le salut désirable en faveur des élus, l’abondante félicité de la rédemption ; de telle sorte que, ni cette lumière ne peut aboutir aux ténèbres, ni ces ténèbres à la lumière ; parce que les œuvres de lumière ne peuvent se mêler aux œuvres des ténèbres, et les œuvres des ténèbres ne peuvent monter jusqu’aux œuvres de lumière ; bien que le démon travaille fréquemment à offusquer ces dernières, par le moyen des hommes mauvais ; comme il arrive chez les payens, les hérétiques, les pseudoprophètes, et tous ceux que ceux-ci s’efforcent d’entraîner à leur suite, par le mensonge. Comment ? Parce qu’ils veulent connaître ce qu’ils ne peuvent savoir, imitant celui qui voulut être semblable au Très-Haut. Et comme ils le suivent, il leur montre le mensonge sous l’aspect de la vérité, selon leur volonté ; c’est pourquoi ils ne sont pas avec moi, ni moi avec eux, car ils ne marchent pas dans mes voies ; mais ils aiment les sentiers détournés, recherchant ce que de folles créatures leur montrent faussement sur les causes futures ; ils veulent connaître ces choses, et s’efforcent de les découvrir d’une manière perverse, dans le mépris et l’abandon de mes saints qui m’aiment d’un amour sincère.

20 - De ceux qui, par un art pervers, scrutent l'avenir dans les créatures.

Mais ces sortes d’hommes, qui me tentent si opiniâtrement par leur art pervers, en scrutant la créature faite pour leur service, et lui demandant de leur montrer, selon leur volonté, ce qu’ils veulent savoir : peuvent-ils par les recherches de leur art, prolonger ou abréger le temps de la vie qui leur a été fixé par le créateur ? Certes, ils ne le peuvent faire, ni pour un jour, ni pour une heure. Ou bien peuvent-ils détourner la prédestination de Dieu ? Nullement, ô misérables ! mais je permets que parfois les créatures vous démontrent vos passions et leurs signes distinctifs, parce qu’elles me craignent comme leur Dieu ; de la même manière que le serviteur montre quelquefois la puissance de son maître, et comme le bœuf ou l’âne et les autres animaux manifestent la volonté de leur maître, lorsqu’ils la remplissent fidèlement dans leur servitude.

O insensés, quand vous me vouez à l’oubli, sans vouloir vous retourner vers moi ni m’adorer, et que vous regardez vers la créature qui vous est soumise, pour savoir ce qu’elle vous présage ou ce qu’elle vous indique, alors vous renoncez à moi obstinément ; et vous honorez la créature infirme, de préférence à votre Créateur.

C’est pourquoi je te demande, o homme, pourquoi honores-tu cette créature qui ne peut ni te consoler, ni te porter secours, ni te faire avancer vers la félicité ? comme les astrologues ordonnateurs de la mort, qui tracent la voie à l’infidélité des peuples idolâtres, et qui ont coutume d’affirmer témérairement : que les étoiles donnent la vie aux hommes et disposent tous leurs actes. O misérables, qui donc a fait les étoiles ?

Mais parfois les étoiles, par ma permission, se manifestent aux hommes avec des signes, comme le montre mon Fils dans l’Evangile, lorsqu’il dit :

21.Paroles de l'Evangile. -

Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles . Ce qui veut dire : Par la clarté de ces étoiles les hommes seront illuminés ; et les temps des temps seront démontrés par leur évolution. Aussi, dans les derniers temps, des périodes lamentables et périlleuses se manifesteront en elles, par ma permission ; de telle sorte que, les rayons du soleil, la splendeur de la lune, et la clarté des étoiles disparaîtront parfois, afin d’émouvoir le cœur des hommes.

De même, c’est par une étoile que l’incarnation de mon Fils s’est manifestée, selon ma volonté. Mais l’homme n’a pas une étoile particulière pour disposer sa vie, comme le peuple imbécile et qui s’abuse, s’efforce de le faire croire ; et toutes les étoiles sont communes à tout le peuple, pour son service. Mais que l’étoile (de l’incarnation) ait resplendi d’une manière plus éclatante que les autres, c’est parce que mon Fils unique, qui est au-dessus de tous les hommes, naquit par l’enfantement d’une vierge sans péché. Mais cette étoile n’apporta aucune autre aide à mon Fils, que d’annoncer fidèlement au peuple son incarnation ; parce que toutes les étoiles et les créatures qui me craignent, accomplissent seulement ma volonté ; et elles n’ont nulle autre signification d’aucune sorte, dans quelque créature que ce soit. Car, lorsqu’il me plaît, elles indiquent ma volonté à la créature ; comme lorsque l’artisan frappe une monnaie, il y imprime la forme qu’il lui plait ; alors la monnaie indique la forme imposée, la chose ne dépendant nullement de sa puissance ; et elle ne connaît pas le moment où l’artisan voudra lui imprimer une autre forme ; car elle ne discerne pas la longueur ou la brièveté du temps, que durera celle qu’il lui a donnée. Que signifie cela ? O homme, si une pierre était à tes pieds, dans laquelle, en l’examinant diligemment, tu conjecturerais quelques signes de tes passions : alors, selon ta fausse estimation, contristé de ton infélicité, ou enorgueilli de ta prospérité, dans ton erreur, tu te dirais : Ah ! je mourrai… ou bien : quel bonheur! je vivrai… ou hélas ! quelle infélicité… ou bienheureux mortel ! quelle prospérité est la mienne ! Et alors, que te donnerait cette pierre ? Mais, peut-elle te donner ou t’enlever quelque chose que ce soit ? Elle ne peut t’être utile ou nuisible en rien. De même aussi, ni les étoiles, ni le feu, ni les oiseaux, ni quelqu’autre créature que ce soit, dans les signes qu’on peut en augurer, ne sauraient te servir ou te nuire en rien.

Que si, en m’abandonnant, tu te fies à cette créature qui a été créée pour ton service : alors, moi aussi, par un juste jugement, je te rejetterai loin de ma face, et je te priverai de la félicité de mon royaume.

Car moi, je ne veux pas que tu scrutes les étoiles, ou le feu, ou les volatiles, ou telle autre créature que ce soit, sur les causes futures ; car si tu les observes obstinément, tes regards me déplaisent, et je te rejette comme un ange déchu qui a quitté la vérité pour se précipiter dans la damnation. O homme, lorsque les étoiles et les créatures ont été faites, où étais-tu ? Est-ce que tu as donné ton avis sur leur création ? Mais la présomption de cette sorte d’investigation, se fit jour dans le premier schisme ; à savoir lorsque les hommes eurent à ce point oublié Dieu, que chaque nation observa superbement les diverses créatures, et rechercha en elles les signes des causes futures. Cette erreur se manifesta dans Baal, que les hommes trompés adoraient comme Dieu, lorsqu’il n’était que sa créature, et vers lequel la dérision satanique les poussa, parce qu’ils préférèrent la créature au Créateur, et qu’ils voulurent savoir ce qu’ils ne pouvaient connaître.

22. Comment Satan se Moque des hommes par l'art magique.

Et les choses ne firent qu’empirer, lorsque les hommes, par l’artifice du démon, commencèrent à divaguer dans l’art magique ; à tel point, qu’ils voyaient et entendaient le démon lui-même, leur parlant et leur montrant faussement, que ce qu’ils considèrent comme telle créature, en est une autre. Il faut taire la manière dont les premiers séducteurs furent instruits par le démon : ils le virent et l’entendirent comme ils le cherchaient ; mais ils furent eux-mêmes très répréhensibles, à cause de cette dépravation ; puisque, de cette manière, ils renièrent Dieu, pour suivre l’antique séducteur. O homme, je t’ai acquis par le sang de mon Fils, non avec malice et iniquité, mais avec la plus grande justice ; et cependant tu m’abandonnes, moi le vrai Dieu, et tu suis celui qui est le mensonge. Je suis la justice et la vérité ; c’est pourquoi je t’avertis dans la foi, je t’exhorte dans l’amour, et je te ramène dans la pénitence afin que, bien que tu sois tout ensanglanté par les blessures du péché, tu te relèves cependant de la profondeur de ta chute. Que si tu me méprises, tu éprouveras en toi l’effet de cette parabole :

23  - Parabole sur le même sujet. 

Un certain Seigneur qui avait beaucoup de serviteurs, donna à chacun d’eux plusieurs armes de guerre en leur disant : Soyez probes et forts, et renoncez à la paresse et à la lâcheté. Mais comme ces serviteurs faisaient route avec lui, ils virent le long du chemin un méchant séducteur, inventeur d’un art étrange ; et quelques-uns d’entr’eux trompés dirent : Nous voulons connaître les artifices de cet homme. Et quittant les armes qu’ils avaient, ils coururent vers lui. D’aucuns leur disaient : Que faites-vous en suivant ce séducteur, et en provoquant votre maître à la colère ? Et eux répondirent : Qu’est-ce que cela peut faire à notre maître ? Et leur maître leur dit, O mauvais serviteurs, pourquoi avez-vous abandonné les armes que je vous avais données ? Et pourquoi vous est-il plus cher d’aimer cette vanité, que de me servir, moi votre maître, dont vous êtes les serviteurs naturels ? Suivez donc ce séducteur, comme vous le désirez, puisque vous n’avez plus le courage de me servir, et vous verrez à quoi vous serviront ses mensonges ; et il les éloigna de lui. Que signifie cette parabole ? Ce Seigneur, c’est le Dieu tout puissant, qui soumet tous les peuples à son autorité, qui arma tout homme de raison et d’intelligence, lui commandant d’être courageux et vigilant avec les armes des vertus, en secouant la malice et la négligence. Mais, tandis que les hommes prennent la voie de la vérité, se disposant à persévérer dans l’observation des commandements divins : il leur vient de nombreuses tentations, de telle sorte qu’ils ont égard à Satan, le séducteur de l’univers, et l’artisan pervers de nombreuses victoires, non dans la voie de la vérité, mais au milieu des embûches et des mensonges. D’où il résulte, que quelques-uns d’entr’eux, plus amoureux de l’injustice que du devoir, séduits par le démon, s’efforcent davantage d’imiter les vices de l’antique séducteur, que d’embrasser les vertus divines. Et l’intelligence qu’ils devraient appliquer aux commandements de Dieu, ils la font servir à la satisfaction des vices de l’iniquité terrestre, et se soumettent à Satan. Leurs directeurs, qui sont comme leurs compagnons et leurs commensaux, viennent souvent à leur secours avec les saintes Ecritures, leur reprochant leurs actes ; et ils les blâment de ce que, suivant les tromperies de Satan, ils attirent sur eux la vengeance céleste. Mais ils se moquent de leurs avis, et affirment dans leur orgueil qu’ils pèchent en de petites choses, dont Dieu n’est nullement offensé. Et comme ils persévèrent dans cette obstination, ils subissent la divine sentence, parce qu’il est objecté à ces esclaves de l’iniquité, le pourquoi ils ont obscurci leur intelligence, qui leur a été donnée d’en-haut, et le pourquoi ils ont accepté les mensonges de l’antique séducteur, et méprisé leur Créateur qu’ils devaient servir avec courage. Ainsi eux-mêmes, tombés dans le mépris de Dieu, sont livrés aux illusions de Satan, selon leurs œuvres (parce qu’ils n’ont pas voulu servir Dieu) ; ce en quoi ils sont forcés de considérer, que la séduction perverse ne leur a été d’aucune utilité ; puisqu’ainsi rejetés, ils encourent la damnation ; parce que, délaissant les préceptes divins, ils se sont efforcés de suivre Satan, de préférence à Dieu. Car je ne veux pas que les hommes me méprisent, eux qui doivent me connaître par la foi ; parce que s’ils me rejettent, pour suivre la créature qui les sert, imitant en cela l’antique serpent : alors moi je permets qu’il leur soit fait avec la créature et Satan, selon la concupiscence de leur cœur ; afin qu’ils expérimentent ce que peut leur rapporter la créature qu’ils ont adorée, et ce que peut leur octroyer Satan qu’ils ont suivi.

24.Lorsque tout sera achevé pour le salut et l'utilité de l'homme, le siècle changera,

Eh ! O hommes insensés ! pourquoi interrogez-vous la créature sur le temps de votre vie ? Nul de vous, en effet, ne peut connaitre le temps de sa vie ; éviter ou dépasser celui qui a été déterminé par moi ; parce que, o homme, lorsque ton salut, soit dans les choses temporelles, soit dans les spirituelles, sera accompli : tu changeras le présent siècle, pour passer à celui qui n’a pas de fin. Car lorsque l’homme possède une si grande puissance qu’il m’aime plus ardemment que les autres créatures, de telle sorte que, sa conscience n’étant pas engourdie par le fétide péché, il évite les embûches de l’antique serpent : je ne sépare pas son esprit de son corps, avant qu’il ait pu mener à leur maturité ses fruits savoureux, qui sont d’une odeur suave. Mais celui que je considère comme si débile qu’il ne peut supporter mon joug, parmi les tentations du malin séducteur, et dans le pesant esclavage de son corps : je le retire de ce siècle, avant qu’il commence à se dessécher, dans, le temps de la flétrissure de son âme ; car je sais tout. Je veux donner au genre humain toute justice pour sa sauvegarde, de manière que nul ne puisse trouver une excuse, lorsque j’avertis et j’exhorte les hommes, à accomplir les œuvres de justice ; quand je leur inculque la peur du jugement de la mort, comme s’ils devaient bientôt mourir, bien qu’ils aient encore longtemps à vivre.

 

 

-25. Paroles de Job sur le même sujet.

Et je fais cela, parce que personne, si ce n’est selon le fruit que je vois dans l’homme, et selon la volonté par laquelle je lui concède de vivre, ne pourra jouir d’un autre temps, ou en disposer pour lui-même ; comme Job en rend témoignage par moi, lorsqu’il dit :" Vous avez posé ses bornes, il ne les dépassera pas ". Ce qui veut dire : Toi qui l’emportes sur tous, et qui prévois toutes choses, avant qu’elles ne se fassent : tu as aussi posé les bornes de la vie humaine, dans le secret de ta divine majesté ; de telle sorte que ni la science, ni la prudence, ni la ruse d’aucun être ne pourront passer outre dans l’âge de l’enfance, de la jeunesse et de la vieillesse des hommes ; et rien ne se fera, que selon la providence de tes secrets, à toi, qui as voulu que l’homme soit fait pour la gloire de ton nom.

26.  - Les paroles de Dieu sur le même sujet.

Car moi, o homme, je t’ai connu avant la constitution du monde, et cependant je veux considérer tes jours, et discerner leurs fruits dans tes œuvres ; en examinant chacune de tes actions diligemment et avec un soin jaloux. Mais celui que je ravis soudainement à la vie temporelle, c’est qu’il ne lui est plus utile de vivre ; à tel point, que s’il lui était donné de prolonger encore ses jours, il n’en récolterait aucun fruit profitable ; et avec la tiédeur d’une foi charnelle, il enverrait (vers moi) comme une vaine fumée de futiles paroles, et il ne me toucherait pas par un élan intime de son cœur

27 Que Dieu ne veut plus tolérer les augures par les étoiles et les autres créatures.

Aussi, je ne lui accorde pas de trêves pour cette vie ; mais, avant qu’il ne tombe dans la tiédeur de cette infertilité, je le retire de ce siècle. - Or, mon discours est pour toi, O homme ! Pourquoi me méprises-tu ? Ne t’ai-je pas envoyé mes Prophètes et donné mon Fils pour ton salut sur l’arbre de la croix ? et ne t’ai-je pas destiné mes apôtres, pour qu’ils te montrent la voie du salut par l’Evangile ?

Tu ne peux donc t’excuser de ne pas avoir reçu de moi tous les biens. Et pourquoi me laisses-tu de côté ? Mais tu recherches l’erreur perverse, qui consiste dans l’observation des étoiles, du feu, des oiseaux, ou des autres créatures de cette sorte ; pour y découvrir des signes de tes actions. Je ne puis le tolérer davantage ; parce que, tous ceux qui les premiers découvrirent cette erreur, au moyen de la vision diabolique, par le mépris de Dieu, abandonnèrent complètement ses préceptes ; et eux-mêmes furent méprisés. Mais moi je resplendis sur toute créature, dans l’éclat de ma divinité ; c’est pourquoi mes merveilles se sont manifestées dans mes saints : Aussi je ne veux plus que tu exerces cette erreur des divinations, mais je veux que tu regardes vers moi.

 

28- De la sottise et de l'opiniatreté de l'homme.

O insensé, considère qui je suis ! considère que je suis le souverain bien. Aussi, je te donne tous les biens, lorsque tu me cherches diligemment. Et qui crois-tu que je sois ? Je suis Dieu, sur toutes choses, et, en toutes choses. Mais tu veux me faire passer pour un rustique, qui craint son maître. Comment ? Tu veux que je fasse ta volonté, lorsque tu méprises mes commandements ? Dieu n’est pas ainsi. Que signifie cela ? Lui, en effet, n’a pas le sentiment de ce qui commence, ni la crainte de ce qui finit. Les cieux retentissent de mes louanges en me contemplant ; et ils m’obéissent selon cette justice pour laquelle ils ont été créés par moi. Le soleil, la lune, les étoiles, apparaissent dans les nuées du ciel, selon la règle établie par moi. Les rafales des vents, les nuées pluvieuses courent dans les airs, comme il leur a été ordonné ; et toutes ces créatures obéissent à leur créateur, selon l’ordre qu’elles en ont reçu. Toi, au contraire, o homme, tu n’observes pas mes commandements ; mais tu suis ta volonté, comme si la justice de la loi ne t’était pas démontrée et établie. Tu es dans un tel endurcissement, bien que tu ne sois que poussière, que la justice de ma loi ne te suffit pas, quoiqu’elle soit labourée et cultivée dans le sang de mon Fils, et bien triturée (comme le froment) dans mes saints de l’Ancien et du Nouveau Testament.

29. Comparaison du bouc, du cerf et du loup.

Mais dans ta grande folie, tu veux te rendre maître de moi, et tu m’insultes de cette manière, en disant : S’il plaît à Dieu, s’il veut que je sois juste et bon, pourquoi ne me rend-il pas tel ? car tu veux te saisir de moi ,comme le bouc lascif qui, voulant s’emparer d’un cerf, se voit repoussé et transpercé par ses puissantes cornes. Ainsi, lorsque tu veux insolemment te moquer de moi, par l’impudence de tes moeurs ; au moyen des préceptes de ma loi, comparables à des cornes, je te brise, selon la justice de mon jugement. Ce sont là les trompettes qui résonnent à tes oreilles ; mais tu ne les écoutes pas, et tu cours après le loup, que tu prétends dompter, de manière qu’il ne puisse te nuire. Mais le loup famélique te dévore, en disant : Cette brebis a erré sur mon chemin, et n’a pas voulu suivre son pasteur, mais elle a couru après moi ; c’est pourquoi je veux la dévorer ; parce qu’elle m’a choisi, en abandonnant son pasteur. O homme, Dieu est juste ; et c’est pourquoi, tout ce qu’il a fait dans le ciel et sur la terre, il l’a disposé dans un ordre parfait.

30.- Comparaison du médecin.

Je suis, en effet, le grand médecin de toutes les langueurs ; et je fais comme le médecin lorsqu’il voit un malade qui désire ardemment un remède. Que fait-il ? Si la maladie est légère, il la guérit facilement ; mais si elle est grave, il dit au malade : J’exige de toi de l’or et de l’argent. Si tu me les donnes, je te guérirai. Ainsi je fais moi-même, o homme. J’efface les fautes légères dans les gémissements, les larmes et la bonne volonté des hommes mais pour les fautes graves je commande O homme, fais pénitence, corrige tes moeurs, et je te montrerai ma miséricorde, et je te donnerai la vie éternelle !

N’observe pas les étoiles et les autres créatures, sur les causes à venir ; n’adore pas le démon, ne l’invoque pas, ne lui demande rien ; parce que si tu veux connaître plus qu’il ne t’importe de savoir, tu seras trompé par l’antique séducteur ; car lorsque le premier homme voulut acquérir plus qu’il ne devait posséder, il fut trompé par Satan, et tomba dans la perdition. - Mais cependant le démon ne connut pas la rédemption de l’homme, où le Fils de Dieu mit à mort la mort même, et brisa les portes de l’enfer. Le démon, en effet, à l’origine, par la femme vainquit l’homme ; mais Dieu à la fin des temps (prédits par les prophètes), écrasa le démon par la femme qui engendra le Fils de Dieu ; et réduisit merveilleusement à néant l’œuvre diabolique ;

 

31 - Paroles de Jean.

comme mon bien aimé Jean en rend témoignage, en disant : Le Fils de Dieu est apparu pour ruiner les œuvres de Satan . Que signifient ces paroles ? La grande lumière est apparue, pour le salut et la rédemption des hommes. C’est le Fils de Dieu qui a revêtu la misère du corps humain ; mais comme une étoile brillante, qui resplendit dans les ombres nocturnes, il fut ainsi placé sur le pressoir, où le vin, sans aucun ferment, devait être exprimé ; parce que la pierre angulaire même tomba sur le pressoir ; et en exprima un vin si pur qu’il exhala un parfum suave. Car lui-même apparaissant, homme parfait, dans l’humanité, sans effusion de sang vicié (par le péché), écrasa sous le pied de sa milice, la tête de l’antique serpent ; et dissipant tous les traits empoisonnés de son iniquité, pleins de sa fureur et de sa convoitise, il le rendit tout à fait méprisable. C’est pourquoi, quiconque possède la science du St Esprit et les ailes de la foi, ne transgresse pas mon avis, mais il le reçoit pour en faire les délices de son âme.

Date de dernière mise à jour : 05/06/2022