Je m'appelle Hildegarde

Je m appelle hildegarde

 

1098 -1179

Hildegarde de Bingen, prophétesse et docteur de l’Eglise

Je m’appelle Hildegarde. Je suis née à Bermersheim, en rhénanie, le 16 septembre 1098 sous l’empire romain d‘Occident. Mes parents s’appelaient Hildebert et Mechtilde et j’étais leur 10eme enfant. Ils me vouèrent à Dieu dès ma naissance, comme on offre la dîme à l’Eglise. Ils étaient nobles et ne manquaient pas de richesses, mais ce sont de richesses spirituelles que Dieu, à qui je fus vouée, me combla dès mon plus jeune âge.“ Depuis mon enfance, lorsque mes os, mes nerfs et mes veines n’étaient pas encore développés, j’ai dans mon âme le don de voir. Dans la vision, mon esprit, selon la volonté de Dieu, s’élève dans les hauteurs célestes porté par les différents courants… tout ce que j’ai vu ou appris dans ces visions, j’en garde le souvenir. Je vois, j’entends et je connais et j’apprends ce que je connais en un même un instant.“ I

« Dans la 3eme année de mon jeune âge, je vis une lumière tellement grande que mon âme en fut effrayée, mais à cause de mon jeune âge, je n’ai rien pu expliquer. » II Mes parents se rendirent compte très tôt de ce que leur dernière petite fille avait des dons extraordinaires. Ainsi lorsque j’avais 5 ans je dis un jour à ma nourrice devant une vache prête à mettre bas : « Regarde, comme il est joli le petit veau, blanc et marqué de nombreuses taches sur le front, les pattes et le dos ».III Le veau naquit comme je l’avais décrit. Ainsi moi-même je compris un jour que j’étais seule à voir tout cela après avoir posé des questions à ma nourrice qui me dit ne rien voir de ce que je voyais. Alors je fus saisie d’une grande frayeur et je n’osais plus en parler à personne.  Ma santé était très fragile, j’étais une enfant chétive et je le restai toute ma vie. Dieu m’a expliqué plus tard qu’il voulait m’abaisser afin que je ne m’enorgueillisse pas de tous ces dons. Ainsi pendant longtemps, très longtemps, « jusqu’au moment où Dieu a voulu que par Sa grâce cela fut manifesté, j’ai caché tout cela sous un paisible silence ».IV

A l’âge de huit ans, en 1106, ma vie prit un tournant important qui changea ma vie, car mes parents, bien conscients de ce que Dieu m’avait choisie, m’emmenèrent sur le mont de Saint Disibod, ( Disibodenberg à 60km de chez nous) pour y vivre, avec une autre petite fille de mon âge, comme élèves d’une recluse, Jutta, fille du comte de Spanheim, dans un ermitage du monastère bénédictin de la vallée de la Nahe. J’y appris à lire la Bible et chanter les psaumes en latin. Plus tard, vers l’âge de 14 ans, je fus également solennellement recluse, tandis que Jutta devint abbesse du monastère. Je fis mes vœux monastiques selon la règle de St Benoit et reçus le voile de l’évêque Otto de Bamberg.  A la mort de Jutta en 1136, j’avais alors 38 ans, mes sœurs me demandèrent d’être leur mère abbesse.

Lorsque j’eus 42 ans, j’entendis une voix du ciel qui me disait « Moi la Lumière qui vit et illumine l’obscurité, j’ai suscité un humain que j’ai choisi et élevé de façon merveilleuse, selon mon bon plaisir, par de grandes merveilles qui vont au-delà de la connaissance qu’avaient les hommes d’autrefois… mais je l’ai écrasé sur le sol pour qu’il n’allât pas se redresser dans quelque orgueilleuse élévation de son âme…. Toi donc, ô être humain, qui reçois dans la pureté de la simplicité ces messages destinés à la manifestation des choses cachées, écris ce que tu vois et tu entends »« Mais moi j’avais beau voir et entendre cela, néanmoins comme je doutais et me méfiais de moi-même, j’ai longtemps refusé d’écrire, non par entêtement, mais par pratique de l’humilité, jusqu’au jour où, abattue par le fouet de Dieu, je fus étendue sur un lit de malade »,  si bien que « je fus contrainte, par le poids accablant des douleurs qui m’oppressaient, de faire connaitre au grand jour ce que je voyais et entendais, mais j’éprouvai une grande crainte et j’eus honte de révéler ce que j’avais tu aussi longtemps »V finalement je consentis à en parler à mon confesseur,  le moine Volmar de l’abbaye masculine qui jouxtait notre monastère et qui était préposé par l’abbé Cuno pour s’occuper des moniales. Ce moine, mon maître d’école était « un homme qui avait une bonne conduite et une intention droite … plein d’admiration, il m’enjoignit de les mettre par écrit, secrètement, jusqu’à ce qu’il vît ce qu’elles étaient et d’où elles venaient. Mais ayant compris qu’elles venaient de Dieu, il se confia à son abbé, et désormais il travailla avec moi sur ces sujets avec une grande ardeur »VI

Hildegarde volmar

Ainsi je commençai à mettre par écrit un premier livre, le « Scivias », que je mis dix ans à écrire. J’eus pour cela en plus de l’aide du moine Volmar, celle d’une moniale d’origine noble et de bonnes mœurs, « Richardis Von Stade que j’aimais en toute charité, comme Paul aime Timothée.  En toutes ces épreuves, elle s’était attachée à moi, me témoignant une amitié pleine d’attention, et elle avait partagé mes peines jusqu’à ce qu’eusse achevé ce livre du Scivias. Mais après cela, à cause de la distinction de sa naissance, elle se tourna vers une dignité au nom plus prestigieux. »VII Richardis quitta notre monastère sous les instigations de sa mère qui la voulait abbesse du monastère de Bassum, et malgré mes supplications et mes larmes, je ne pus empêcher qu’elle me fût arrachée par l’ordre de son frère Hartwig devenu archevêque de Brême. Je savais que c’était pour l’honneur et la gloire toute humaine qu’elle avait cédé et j’en fus d’autant plus peinée, mais Dieu reprit Richardis moins d’un an après son départ, après que celle-ci se fut repentie. Je compris aussi que Dieu avait permis qu’elle me fut arrachée car je l’avais aimée plus que de raison. « Je l’aimais, mais Dieu l’aimait plus encore »VIII, ai-je écrit à son frère archevêque, lorsqu’il m’apprit la nouvelle de sa mort.

Je ne fus donc pas épargnée par les douleurs, et ceci je l’écrivis dans une lettre au père Bernard de Clairvaux lorsque j’eus 48 ans. Je voulus trouver confirmation et réconfort auprès de lui pour ces visions que je recevais, lui demandant si je devais les faire connaitre comme me l’intimait la voix du Ciel. « O vénérable Bernard, combien la sottise insolente de ce monde doit te craindre lorsque sous l’étendard de la sainte croix, enflammé d’un amour ardent pour le fils de Dieu, tu entraînes les hommes à combattre au sein des armées chrétiennes contre la cruauté des païens ! Je te prie au nom de Dieu d’écouter ma requête… Moi, malheureuse et plus malheureuse en mon nom de femme depuis mon enfance, j’ai vu de grandes merveilles que ma langue ne puit proférer… O Père très sûr et très doux, écoute-moi, ton indigne servante, en ta bonté, moi qui jamais depuis mon enfance n’ai vécu en sécurité… Il y a deux ans, moi je t’ai vu dans cette vision comme un homme qui regarde le soleil, et cela sans crainte, mais avec beaucoup d’audace, et j’ai pleuré de ce que moi je suis timide et sans audace. Bon et très doux Père, place-moi en ton âme, prie pour moi, car j’ai de grandes souffrances en cette vision, afin que je dise ce que je vois et ce que j’entends. …. »X

Saint Bernard me répondit et cela me donna du réconfort « nous nous félicitions de la grâce divine qui est en toi : nous t’exhortons de la considérer comme une grâce et de t’efforcer d’y répondre avec un sentiment de totale humilité… Au reste, en ce qui nous concerne, comment pourrions nous instruire et mettre en garde, là où existe un savoir intérieur et une onction qui instruit de tout ? Nous te demandons plutôt et te supplions instamment de te souvenir de nous auprès de Dieu … » XI

J’écrivis encore 2 ans après au pape Eugène III qui avait reçu lors du synode de Trèves de 1147, par l’archevêque de Mayence, lui-même contacté par l’abbé Cuno, la 1ère partie des manuscrits du Scivias. Je le suppliais de la part de Dieu, de donner force et viridité à ce livre de vision en le confirmant en tant que pape. Lors de ce synode, le pontife avait délégué quelques hommes pour se présenter au monastère et enquêter sur ma conduite et demander la copie de mes écrits. A leur retour, le pape convoqua une assemblée plénière avec tous les évêques de France, d’Italie, d’Angleterre, d’Allemagne.  Le père Bernard de Clairvaux était présent à ce synode et il intervint en ma faveur auprès du pape Eugène III qui était par ailleurs, la providence préparant tout avec perfection, un ancien disciple et moine de son couvent. Père Bernard exhorta le pape « à ne point permettre que fut occulté par le silence une lampe aussi remarquable » animée selon lui de l’inspiration divine. Le Pape fit lire, en présence de tous, les pages du Scivias. Il m’envoya sa bénédiction en même temps qu’une lettre, où il m’ordonnait de consigner par écrit le plus exactement possible, ce que je voyais et entendais dans la vision. » XII

Hildegarde abbaye

Ma vie alors changea encore une fois complètement, car de partout je recevais des demandes de conseil, de guérison, du courrier, des visites, et je m’efforçais, avec la grâce de Dieu d’y répondre. Cela attira de nombreuses jeunes filles nobles au monastère et bientôt l’ermitage du Disibodenberg fut bien trop petit. Dieu me montra dans une vision l’endroit où il désirait que nous allions construire un couvent plus grand pour mes sœurs et moi-même. C’était au Rupertsberg, là où la Nahe se jette dans le Rhin, à six heures de marche du Disibodenberg. J’ai d’abord tardé à révéler ce projet de Dieu et Dieu me rendit aveugle et incapable de me mouvoir comme à chaque fois que je ne lui obéissais pas. Alors je convoquai mes sœurs pour leur annoncer le déménagement prochain. « Lorsque l’abbé Cuno et les frères entendirent parler de ce transfert, ils furent étonnés et demandèrent ce que signifiait le fait que nous voulions quitter ce lieu agréable, aux champs et vignes fertiles, pour un endroit sans eau, privé de toutes les commodités, et ils se concertèrent entre eux pour mettre ce projet en échec et nous opposer leur résistance. Lorsque j’appris cela mon cœur se brisa, ma chair et mes veines se desséchèrent et je fus clouée au lit pendant de nombreux jours. »  Devant ma maladie, et avec l’influence de la maman de Richardis sur l’archevêque de Mayence, l’abbé Cuno dut se résoudre à nous laisser partir. Accompagnée de vingt jeunes filles d’origine noble, nous partîmes la même année de l’approbation du pape (1149) pour le Rupertsberg. L’on se moqua de moi et on douta de l’origine divine de mes visions. Des contrariétés, des tourments, des épreuves fondirent sur moi. Plusieurs jeunes filles trouvant les conditions trop rudes pour elles nous quittèrent.  Je continuais en même temps d’écrire le Scivias que j’achevai d’écrire en 1151. Ensuite Richardis me quitta elle aussi comme je vous l’ai dit déjà.

 C’est ensuite entre 1151 et 1158 que je rédigeai, comme le dit mon biographe XII « le livre des subtilités des créatures divines » qui contient deux tomes « Physica » et « Causae e curae ». Ces deux livres sont très connus aujourd’hui. Dieu a voulu que par l’intermédiaire de ces livres j’attirasse en votre temps de nombreuses personnes à Le connaître et à L’aimer. En effet, Dieu s’occupe de notre âme et de notre corps également : « Dieu a prévu dans la nature tout ce qu’il faut pour que l’homme soit en bonne santé. »XIII

Malgré une longue maladie, je fis de nombreux voyages pour exhorter, partout où le Seigneur m’envoyait, les âmes à la conversion et pour prêcher, corriger les erreurs, entre autres celles des cathares. A Cologne, où cette hérésie pullulait, je corrigeai vertement le clergé qui avait attiré cette hérésie par son amour des vanités des biens de ce monde. Je n’hésitai pas non plus à corriger les personnes de haut rang, comme Barberousse qui pourtant m’avait prodigué aide et protection pour mon couvent du Rupertsberg, pour le bien de son âme, car il avait nommé un antipape à qui j’écrivis aussi pour le sermonner. J’écrivis ensuite entre 1158 et 1163 le « livre des mérites de la vie », puis entre 1163 et 1173 le « livre des œuvres divines ».

Hildegarde et barberousse

Lorsque j’eus 67 ans, en 1165 je fondais un second monastère à Eibingen de l’autre côté du Rhin car la première fondation était devenue trop petite. J’ai aussi composé des chants et de la musique, moi qui n’y connaissait rien dans les neumesXVIII, entre autre en l’honneur de la très Sainte Vierge Marie, et pour chanter la gloire de Dieu. C’est en 1173 que mourut mon cher moine Volmar. J’eus alors un remplaçant pour le monastère, le moine Gottfried. Et Dieu m’envoya depuis la Belgique un dernier secrétaire, Guibert de Gembloux, moine de l’abbaye proche de celle de Villers la Ville.XIX

 Durant toutes ces époques, j’eus à souffrir de nombreuses périodes de maladie. Mais le Seigneur n’abandonne jamais celui qui a mis sa confiance en Lui. Durant la dernière période de ma vie, j’eus encore à subir des tourments avec mon couvent qui fut interdit de chanter les psaumes, car j’enterrai dans notre couvent quelqu’un qui à la toute fin de sa vie s’était repenti, mais avait auparavant été excommunié.  Je luttai encore obstinément pour obtenir justice, expliquant que la repentance de cet homme avait levé l’excommunication, et l’archevêque de Mayence leva enfin l’interdit.

Je mourus le 17 septembre 1179 le lendemain de mes 81 ans à Eibingen et c’est pour cela que l’on m’appelle encore à ce jour « Hildegarde de Bingen ». Ce jour-là, deux arcs en ciel se croisaient en forme de croix dans le ciel. Dieu m’accueillit enfin près de Lui pour que je jouisse de Sa présence éternelle, et que je puisse continuer à attirer à Lui de nombreuses âmes par l’intermédiaire des écrits qu’Il m’avait commandé de vous laisser en héritage.

Hildegarde vision

J’ai été béatifiée en 1244 par Innocent IV, et inscrite au martyrologue romain au VIeme siècle, mais c’est en votre temps, en 2012, que le cher pape originaire de mon pays, Benoit XVI ( qui a d’abord étendu mon culte à l’Eglise universelle en mai 2012), reconnut ouvertement pour l’Eglise l’importance de ces écrits, en me nommant « Docteur de l’Eglise ». Puisse Dieu ouvrir votre cœur et votre âme à l’intelligence de ces écrits, comme il l’a fait aux disciples d’Emmaüs ! Car ces écrits ont été préparés spécialement pour votre temps.

Sainte Hildegarde,

 

Sous la plume d’Emmanuelle Martin de l’école sainte Hildegarde à Fallais (Belgique)

 


Notes ( tout ce qui est en gras dans le texte vient directement de la plume d'Hildegarde, et voici au fur et à mesure les références de ces textes)

I. Dans « Lettres », Ed. Jérôme Million p.21, (une des lettres écrites au moine belge Guibert de Gembloux qui deviendra mon secrétaire personnel à la toute fin de ma vie).

II. Vie, L II, II La vie de Ste Hildegarde et les actes en vue de sa canonisation, Ed Cerf, 2000

III. Ib.

IV. Scivias, Ed. Cerf, p.27

V. Scivias, Ed Cerf, p.27-28

VI. Scivias, Ed Cerf, p.28

VII. La Vie de Ste

VIII. Scivias : « connais les voies de Dieu », en latin « Sci vias dei »

 

IX. Vie L II, V

X. Lettres, Jérôme Million, p. 42-45 (lettre à St Bernard) Elle écrit à St Bernard qui vient de prêcher la seconde croisade à Vézelay

XI. Vie, p. 137

XII. Vie, p.131 « grâce à l’Esprit prophétique, elle fit aussi connaître certaines choses concernant la nature de l’homme, des éléments et des diverses créatures et comment il faut s’en servir pour porter secours à l’homme, ainsi que beaucoup d’autres secret ».

XIV. « Causes et remèdes »

XV. Causae e curae, introduction du livre

XVI. Liber vitae Meritorum

XVII. Liber divinorum Operum

XVIII. Neume : Terme pour désigner certaines annotations musicales du temps d’Hildegarde

XIX. C’est grâce à la correspondance entre Hildegarde et Guibert, que le biographe d’Hildegarde a pu écrire une bonne partie de la vie de Ste Hildegarde.

Commentaires (1)

1. DOMINIQUE DE PELSEMAEKER 07/10/2018

Bonjour Emmanuelle,

Je découvre depuis quelques jours Ste Hildegarde de Bingen et me suis d'ailleurs inscrite à la journée à Maredret du 23 mars.

Votre texte est fort intéressant et j'en sais un peu plus après sa lecture.
Merci pour ce que vous nous partager.
Belle journée de dimanche

Dominique

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 14/12/2018