LA RUCHE - APITHÉRAPIE

Hildegarde
"L'abeille appartient à la chaleur du soleil, elle aime l'été; elle a une chaleur si vive qu'elle ne peut supporter le froid. Et si quelqu'un a des ganglions, ou quelque membre déplacé ou quelque membre écrasé, on prendra des abeilles ortes, pas des vivantes, on les mettra dans un linge de lin où on les coudra, puis on trempera le tout dans un baume et enfin on appliquera sur le membre douloureux; on le fera souvent, et on guérira. Si la vermine ronge quelqu'un, on recueillera des abeilles mortes dans un vase, et on mettra leur poudre sur la plaie.Le miel préparé par les abeilles est tout à fait chaud. Si on est gras et qu'on mange du miel, on se prépare des humeurs et de l'infection ; mais si on est sec et maigre et qu'on mange du miel cuit, on n'éprouve pas de mal. Le miel cuit, auquel on a retiré son écume, ne fera de mal ni au gras ni au maigre, ni au malade ni au bien-portant, mais celui qui mange le rayon avec la cire fait naître en lui la mélancolie."

Aucun produit à afficher