Découvrir avec Hildegarde

VOUS DÉSIREZ LAISSER UN COMMENTAIRE ? CONNECTEZ-VOUS ET INSCRIVEZ-LE AU BAS DE CHAQUE SUJET

la colère selon Hildegarde

Hildegarde
"Les pensées sont à l'origine de la bonté, de la sagesse, de la folie et autres choses de ce genre, tout comme les mauvaises pensées naissent également dans le cœur et le cœur est la porte. Et un chemin part du cœur vers les éléments, avec lesquels l'homme accomplit ce à quoi il pense. L'énergie des pensées monte vers le cerveau, et le cerveau la retient car, à l'instar de la rosée, le cerveau fournit l'humidité à tout le corps. Mais quand naissent en l'homme des humeurs malsaines et fétides, celles-ci font monter au cerveau une sorte de fumée nocive."

Lire la suite

Hildegarde et les animaux

Je ne résiste pas, après avoir découvert cette vidéo, à partager avec vous des textes d'Hildegarde sur les animaux...

"Le cerf a en lui une chaleur soudaine, mais il se refroidit peu; il est chaud et tranquille et se nourrit d'herbes pures. Quand il sent que ses bois ne poussent plus, il comprend alors qu'il commence à se dessécher et à perdre son agilité. Il va alors dans une rivière et respire les vapeurs qui s'en élèvent. Sorti de l'eau, il broute sur les berges des herbes qui lui conviennent; puis il cherche un endroit où trouver un serpent. Quand il l'a trouvé, il brame très fort, de sorte que le serpent en est abasourdi, parce qu'il souffle de son côté contre le cerf.

Lire la suite

La réglisse et Hildegarde

Voici ce que nous dit l’abbesse Hildegarde Von Bingen de la réglisse :
«La réglisse est de chaleur modérée; elle éclaircit la voix, de quelque manière qu'on la prenne; elle donne un esprit suave, clarifie les yeux, facilite la digestion en adoucissant l'estomac. Elle est surtout utile au frénétique, car s'il en mange souvent, elle éteint la fureur qui est dans son cerveau.»

Lire la suite

Le coing et Hildegarde

coing.jpgHildegarde de Bingen dit ceci du coing:
«Le cognassier est plus froid: il est assimilé à la ruse, qui est tantôt utile, tantôt inutile; mais ses feuilles et son bois ne sont pas très utiles pour l'usage de l'homme; son fruit est chaud et sec, il a un bon tempérament, et, quand il est mûr, mangé cru, il ne fait de mal ni aux malades ni aux bien-portants. Cuit ou grillé, il est très bon à manger pour les bien-portants et pour les malades. De fait, celui qui est attaqué par la goutte doit souvent manger de ce fruit, cuit ou grillé; ainsi la goutte s'apaise en lui, si bien qu'elle ne blesse pas ses sens et n'abîme pas ses membres.
Celui qui crache beaucoup de salive mangera souvent de son fruit, cuit ou grillé: il asséchera l'intérieur de son organisme, de sorte que la salive diminuera en lui.Lorsque, chez un homme, se trouvent des ulcères ou de la fétidité, il devra faire cuire ou griller ce même fruit, le placer sur les plaies avec d'autres condiments, et il guérira. »

Lire la suite

Hildegarde et les menstruations féminines

Hildegarde dit 
«La femme serait toujours malade si son sang ne serait pas purifié lors de ses règles, de même qu’un aliment se purifie dans la marmite quand il rejette son écume... De même qu’un vent vigoureux soulève une tempête sur un fleuve, de même chez la femme une tempête se soulève dans les humeurs et ainsi se produit un écoulement de sang qui purge la femme. C’est pourquoi à cette époque la femme est fatiguée, ses yeux sont malades et tout son corps est affaibli. Cependant ses yeux ne sont pas obscurcis pour autant si les flux se sont écoulés au bon moment et avec une juste mesure...Si la femme n’était pas purgée de ses humeurs nocives et de sa sanie à l’époque des règles, elle enflerait et gonflerait et ne pourrait pas vivre» (Causae e Curae p.129)

Comment sont les règles de la femme abondantes ou pas ?
C'est un indice de l’intoxication de la femme.

Lire la suite

L'épeautre et les allergiques au gluten

Tentons de répondre, avec le point de vue d'Hildegarde de Bingen, à une question si souvent posée; comment l'épeautre "la reine des céréales" peut combattre les allergies et les problèmes d'intestin liés au gluten?

Lire la suite

Hildegarde et l'alimentation

Hildegarde de Bingen donne une très grande importance à l'alimentation, qui prévient mais aussi guérit les maladies : "Car vos aliments doivent être vos forces curatives".
En cela elle rejoint Hippocrate : "que vos aliments soient vos remèdes".
La science aujourd'hui affirme que plus de 80 % des maladies sont dues à une mauvaise alimentation.

Lire la suite