L'introduction du SCIVIAS par Hildegarde

 

 

Hildegarde de bingen article large

Voici qu'en la quarante-troisième année de ma course temporelle, comme, toute saisie de crainte, esclave de ma volonté hésitante, je tenais (mes regards) attachés à une céleste vision, je vis une grande splendeur ; et, dans cette splendeur, une voix qui venait du ciel me dit : O homme (femme) fragile, cendre de cendre, corruption (issue) de la corruption, dis et écris ce que tu vois et entends.

    Mais, parce que tu es timide dans le langage, inhabile dans l'exposition, ignorante de la manière d'écrire ces choses, dis-les, écris-les, non d'après les règles de l'élocution humaine, l'intelligence de son invention et de la disposition qu'elle exige (1), mais, d'après ce que tu vois et entends dans les splendeurs célestes, dans les merveilles de Dieu, en le proférant, pour le faire entendre, comme l'auditeur qui perçoit les paroles de son maître les répète, selon l'accent de son langage, parce que Lui-même le veut, le montre et l'enseigne.

    Ainsi, toi-même, ô femme, dis ce que tu vois et entends ; et, écris-le, non selon toi, mais d'après la volonté de Celui qui sait, voit et dispose toutes choses dans le secret de ses mystères.

    Et de nouveau, j'entendis une voix du ciel qui me disait :
    Raconte-donc ces merveilles, écris ces choses ainsi apprises, et dis :
    En l'année mille cent quarante-et-une de l'Incarnation du Fils de Dieu, Jésus-Christ, à l'âge de quarante-deux ans sept mois, une lumière de flammes d'un merveilleux éclat, venant du ciel entr'ouvert, pénétra mon cerveau, mon coeur et ma poitrine, comme une flamme qui ne brûle pas, mais échauffe, à la manière du soleil qui darde ses rayons sur la terre.

    Et soudain, je savourais l'intelligence de l'exposition des livres des Psaumes, des Evangiles et des autres livres catholiques, de l'Ancien et du Nouveau Testament, sans entendre toutefois l'interprétation du texte, des paroles de ces livres, ni la division des syllabes, ni la connaissance des cas et des temps (2). Mais, dès mon enfance, de l'âge de cinq ans à l'époque où j'écris ces choses, d'une manière admirable, je sentais en moi, comme maintenant, la vertu des mystères, des secrètes et merveilleuses visions ; et cependant, je ne le manifestai à aucun homme, excepté à quelques rares religieux qui vivaient assujétis à la même règle que moi ; car, jusqu'au temps où Dieu voulut, par Sa grâce, que ces visions fussent découvertes, je me cachai dans le silence. Mais les visions que je vis, ce ne fut pas en songe, ni dans le sommeil, ni dans (une espèce) de phrénésie ; je ne les vis pas des yeux charnels, je ne les entendis pas des oreilles extérieures de l'homme, et dans des lieux cachés ; mais je les contemplai, selon la volonté de Dieu, en pleine veille, à découvert, les considérant dans toute la clarté de l'esprit, des yeux et des oreilles de l'homme intérieur. Comment cela se fit ? Il est difficile à l'homme charnel de le découvrir. Mais, ayant passé le terme de la jeunesse, et étant arrivée à l'âge de la maturité, j'entendis une voix du ciel qui disait: « Je suis La lumière vivante qui éclaire les ténèbres : J'ai établi qui j'ai voulu, et Je l'ai élevé merveilleusement, comme il M'a plu, dans les prodiges, au-dessus des anciens personnages qui apprirent de moi beaucoup de choses mystérieuses ; mais Je l'ai terrassé, pour qu'il ne s'élevât pas dans l'exaltation de son esprit. Le monde aussi n'éprouva en lui, ni joie, ni délectation, ni souplesse dans les choses qui lui sont propres, parce que Je le privai de l'audace nécessaire, et qu'il était timide et craintif dans ses oeuvres. Il souffrit dans les moelles et dans les veines de sa chair : son âme et ses sens, brisés par la douleur, il eut à supporter de grands tourments corporels, au point qu'il ne pût goûter aucune paix, mais qu'en toutes choses il dût s'estimer coupable. Car j'ai enclos les ruines de son coeur, de peur que son esprit ne s'élevât par la superbe et la vaine gloire, et pour qu'il éprouvât plus de crainte et de douleur en toutes ces choses, que de joie et d'orgueil. C'est pourquoi, dans Mon amour, il considéra en son âme, qui pourrait lui découvrir la voie du salut. Il en trouva un, et l'aima, reconnaissant qu'il était fidèle, et lui ressemblait dans la part de l'oeuvre qui Me regarde ; et, se l'attachant, il s'efforça avec lui, aidé en toutes choses par le secours d'en-haut, de révéler Mes merveilles cachées. Et lui-même ne s'enfla pas d'orgueil, mais s'humilia devant lui avec des soupirs, dans la conviction de sa bassesse et dans l'effort de sa bonne volonté. Toi donc qui reçois ces choses, non dans l'inquiétude de la déception, mais dans la pureté d'intention, parce qu'elles sont dirigées vers la manifestation de choses mystérieuses, écris ce que tu vois et entends. »

     Mais bien que je visse et j'entendisse ces choses, cependant, à cause de mon irrésolution, de la mauvaise opinion que j'avais (de moi-même), et de la diversité des paroles humaines, je refusai d'écrire, non par obstination, mais pour rester dans mon rôle d'humilité, jusqu'à ce que, par un châtiment divin, terrassée par la maladie, je gardai le lit. Alors, contrainte par de nombreuses infirmités, sur les engagements d'une noble fille de bonnes moeurs, et de l'homme ( son secrétaire Volmar) que j'avais secrètement cherché et trouvé, je mis la main à la plume. Comme j'écrivais, comprenant, ainsi que je l'ai dit, la profondeur sublime de l'exposition des livres, je sentis renaître mes forces et je me relevai de maladie. Mais, c'est à peine si, en dix ans, je pus terminer cet ouvrage.

    J'eus ces visions et j'entendis ces paroles, à l'époque d'Henri, archevêque de Mayence, de Conrad (3), roi des Romains, et de Cunon, Abbé du Mont,du Bienheureux Pontife Disibode, sous le pape Eugène (4).

    Je dis et j'écrivis ces choses, non selon l'invention de mon coeur ou (sous l'inspiration) d'un autre homme, mais comme je les vis dans les sphères célestes, et comme je les entendis et perçus en vertu des secrets mystères divins. - Et de nouveau, j'entendis une voix du ciel qui me disait : Crie donc et écris ainsi.

SUITE DU SCIVIAS sur ce site 


(1) La voix céleste l'incite à raconter malgré son insuffisance, ce qu'elle voit et entend en faisant fi des règles du discours établies par l'homme. N. du Trad.
(2) Elle ne sait rien à la façon des hommes, d'ap les régles des règles des grammairiens et des rhéteurs, mais sa science est toute divine. N. du Trad.
(3) Conrad III (empereur). Croisade en Terre-Sainte. Mort en 1152.
(4) Eugène III (Pape), 1145-1153. Conciles de Reims et de Trèves.

 

Scivias Hildegarde