Blog

la colère selon Hildegarde

Hildegarde
"Les pensées sont à l'origine de la bonté, de la sagesse, de la folie et autres choses de ce genre, tout comme les mauvaises pensées naissent également dans le cœur et le cœur est la porte. Et un chemin part du cœur vers les éléments, avec lesquels l'homme accomplit ce à quoi il pense. L'énergie des pensées monte vers le cerveau, et le cerveau la retient car, à l'instar de la rosée, le cerveau fournit l'humidité à tout le corps. Mais quand naissent en l'homme des humeurs malsaines et fétides, celles-ci font monter au cerveau une sorte de fumée nocive."

Lire la suite

Hildegarde et les animaux

Je ne résiste pas, après avoir découvert cette vidéo, à partager avec vous des textes d'Hildegarde sur les animaux...

À Deux Pas... from Debouche Guillaume on Vimeo.

"Le cerf a en lui une chaleur soudaine, mais il se refroidit peu; il est chaud et tranquille et se nourrit d'herbes pures. Quand il sent que ses bois ne poussent plus, il comprend alors qu'il commence à se dessécher et à perdre son agilité. Il va alors dans une rivière et respire les vapeurs qui s'en élèvent. Sorti de l'eau, il broute sur les berges des herbes qui lui conviennent; puis il cherche un endroit où trouver un serpent. Quand il l'a trouvé, il brame très fort, de sorte que le serpent en est abasourdi, parce qu'il souffle de son côté contre le cerf.

Lire la suite

Soupe ou potage à l'épeautre

Préparation 15 min, cuisson 25 min

Lire la suite

Vin chaud aux épices

Pour 4 à 6 personnes

vin-chaud.jpg

Lire la suite

L'incarnation du Fils de Dieu dans le "Scivias" d'Hildegarde

"Mais ensuite une très grande étoile apparut, resplendissant d'une merveilleuse clarté, et dirigeant ses rayons vers la dite flamme : c'est Jean-Baptiste le premier des prophètes, illustre parmi les illustres par la fidélité et la beauté de son œuvre et par ses merveilles, annonçant le Verbe véritable, le Fils de Dieu, parce qu'il ne céda pas à l'iniquité, mais il la combattit vaillamment et puissamment dans les œuvres de justice.


Mais que sur la terre cette lueur comme celle de l'aurore apparaisse, à laquelle est infusée merveilleusement une flamme supérieure, non séparée toutefois dudit feu lucide: cela signifie que Dieu établit une grande lumière, d'une splendeur admirable, parmi la fécondité des choses, envoyant dans ce lieu, avec une volonté parfaite, son Verbe nullement séparé de Lui; mais Il Le donna comme un fruit merveilleux, et Il Le fit surgir comme une fontaine, de laquelle tout fidèle qui boit est à jamais désaltéré.

Lire la suite

Vin au persil pour le coeur

Faiblesse cardiaque, hypertension et rate
vin-persil.gif

Lire la suite

La réglisse et Hildegarde

Voici ce que nous dit l’abbesse Hildegarde Von Bingen de la réglisse :
«La réglisse est de chaleur modérée; elle éclaircit la voix, de quelque manière qu'on la prenne; elle donne un esprit suave, clarifie les yeux, facilite la digestion en adoucissant l'estomac. Elle est surtout utile au frénétique, car s'il en mange souvent, elle éteint la fureur qui est dans son cerveau.»

Lire la suite

Potage châtaignes et potirons

Pour un amuse bouche pour 6/8 personnes ou pour une entrée 4 personnes.

Lire la suite

Le coing et Hildegarde

coing.jpgHildegarde de Bingen dit ceci du coing:
«Le cognassier est plus froid: il est assimilé à la ruse, qui est tantôt utile, tantôt inutile; mais ses feuilles et son bois ne sont pas très utiles pour l'usage de l'homme; son fruit est chaud et sec, il a un bon tempérament, et, quand il est mûr, mangé cru, il ne fait de mal ni aux malades ni aux bien-portants. Cuit ou grillé, il est très bon à manger pour les bien-portants et pour les malades. De fait, celui qui est attaqué par la goutte doit souvent manger de ce fruit, cuit ou grillé; ainsi la goutte s'apaise en lui, si bien qu'elle ne blesse pas ses sens et n'abîme pas ses membres.
Celui qui crache beaucoup de salive mangera souvent de son fruit, cuit ou grillé: il asséchera l'intérieur de son organisme, de sorte que la salive diminuera en lui.Lorsque, chez un homme, se trouvent des ulcères ou de la fétidité, il devra faire cuire ou griller ce même fruit, le placer sur les plaies avec d'autres condiments, et il guérira. »

Lire la suite

La miséricorde et la dureté de coeur

Hildegarde oppose la misericordia au vice de l’obturatio c'est-à-dire la dureté de cœur, à l’inflexibilité, l’insensibilité, l’indifférence.

Lire la suite