Blog

L'introduction du SCIVIAS par Hildegarde

 

 

Hildegarde de bingen article large

Voici qu'en la quarante-troisième année de ma course temporelle, comme, toute saisie de crainte, esclave de ma volonté hésitante, je tenais (mes regards) attachés à une céleste vision, je vis une grande splendeur ; et, dans cette splendeur, une voix qui venait du ciel me dit : O homme (femme) fragile, cendre de cendre, corruption (issue) de la corruption, dis et écris ce que tu vois et entends.

    Mais, parce que tu es timide dans le langage, inhabile dans l'exposition, ignorante de la manière d'écrire ces choses, dis-les, écris-les, non d'après les règles de l'élocution humaine, l'intelligence de son invention et de la disposition qu'elle exige (1), mais, d'après ce que tu vois et entends dans les splendeurs célestes, dans les merveilles de Dieu, en le proférant, pour le faire entendre, comme l'auditeur qui perçoit les paroles de son maître les répète, selon l'accent de son langage, parce que Lui-même le veut, le montre et l'enseigne.

    Ainsi, toi-même, ô femme, dis ce que tu vois et entends ; et, écris-le, non selon toi, mais d'après la volonté de Celui qui sait, voit et dispose toutes choses dans le secret de ses mystères.

    Et de nouveau, j'entendis une voix du ciel qui me disait :
    Raconte-donc ces merveilles, écris ces choses ainsi apprises, et dis :
    En l'année mille cent quarante-et-une de l'Incarnation du Fils de Dieu, Jésus-Christ, à l'âge de quarante-deux ans sept mois, une lumière de flammes d'un merveilleux éclat, venant du ciel entr'ouvert, pénétra mon cerveau, mon coeur et ma poitrine, comme une flamme qui ne brûle pas, mais échauffe, à la manière du soleil qui darde ses rayons sur la terre.

    Et soudain, je savourais l'intelligence de l'exposition des livres des Psaumes, des Evangiles et des autres livres catholiques, de l'Ancien et du Nouveau Testament, sans entendre toutefois l'interprétation du texte, des paroles de ces livres, ni la division des syllabes, ni la connaissance des cas et des temps (2). Mais, dès mon enfance, de l'âge de cinq ans à l'époque où j'écris ces choses, d'une manière admirable, je sentais en moi, comme maintenant, la vertu des mystères, des secrètes et merveilleuses visions ; et cependant, je ne le manifestai à aucun homme, excepté à quelques rares religieux qui vivaient assujétis à la même règle que moi ; car, jusqu'au temps où Dieu voulut, par Sa grâce, que ces visions fussent découvertes, je me cachai dans le silence. Mais les visions que je vis, ce ne fut pas en songe, ni dans le sommeil, ni dans (une espèce) de phrénésie ; je ne les vis pas des yeux charnels, je ne les entendis pas des oreilles extérieures de l'homme, et dans des lieux cachés ; mais je les contemplai, selon la volonté de Dieu, en pleine veille, à découvert, les considérant dans toute la clarté de l'esprit, des yeux et des oreilles de l'homme intérieur. Comment cela se fit ? Il est difficile à l'homme charnel de le découvrir. Mais, ayant passé le terme de la jeunesse, et étant arrivée à l'âge de la maturité, j'entendis une voix du ciel qui disait: « Je suis La lumière vivante qui éclaire les ténèbres : J'ai établi qui j'ai voulu, et Je l'ai élevé merveilleusement, comme il M'a plu, dans les prodiges, au-dessus des anciens personnages qui apprirent de moi beaucoup de choses mystérieuses ; mais Je l'ai terrassé, pour qu'il ne s'élevât pas dans l'exaltation de son esprit. Le monde aussi n'éprouva en lui, ni joie, ni délectation, ni souplesse dans les choses qui lui sont propres, parce que Je le privai de l'audace nécessaire, et qu'il était timide et craintif dans ses oeuvres. Il souffrit dans les moelles et dans les veines de sa chair : son âme et ses sens, brisés par la douleur, il eut à supporter de grands tourments corporels, au point qu'il ne pût goûter aucune paix, mais qu'en toutes choses il dût s'estimer coupable. Car j'ai enclos les ruines de son coeur, de peur que son esprit ne s'élevât par la superbe et la vaine gloire, et pour qu'il éprouvât plus de crainte et de douleur en toutes ces choses, que de joie et d'orgueil. C'est pourquoi, dans Mon amour, il considéra en son âme, qui pourrait lui découvrir la voie du salut. Il en trouva un, et l'aima, reconnaissant qu'il était fidèle, et lui ressemblait dans la part de l'oeuvre qui Me regarde ; et, se l'attachant, il s'efforça avec lui, aidé en toutes choses par le secours d'en-haut, de révéler Mes merveilles cachées. Et lui-même ne s'enfla pas d'orgueil, mais s'humilia devant lui avec des soupirs, dans la conviction de sa bassesse et dans l'effort de sa bonne volonté. Toi donc qui reçois ces choses, non dans l'inquiétude de la déception, mais dans la pureté d'intention, parce qu'elles sont dirigées vers la manifestation de choses mystérieuses, écris ce que tu vois et entends. »

     Mais bien que je visse et j'entendisse ces choses, cependant, à cause de mon irrésolution, de la mauvaise opinion que j'avais (de moi-même), et de la diversité des paroles humaines, je refusai d'écrire, non par obstination, mais pour rester dans mon rôle d'humilité, jusqu'à ce que, par un châtiment divin, terrassée par la maladie, je gardai le lit. Alors, contrainte par de nombreuses infirmités, sur les engagements d'une noble fille de bonnes moeurs, et de l'homme ( son secrétaire Volmar) que j'avais secrètement cherché et trouvé, je mis la main à la plume. Comme j'écrivais, comprenant, ainsi que je l'ai dit, la profondeur sublime de l'exposition des livres, je sentis renaître mes forces et je me relevai de maladie. Mais, c'est à peine si, en dix ans, je pus terminer cet ouvrage.

    J'eus ces visions et j'entendis ces paroles, à l'époque d'Henri, archevêque de Mayence, de Conrad (3), roi des Romains, et de Cunon, Abbé du Mont,du Bienheureux Pontife Disibode, sous le pape Eugène (4).

    Je dis et j'écrivis ces choses, non selon l'invention de mon coeur ou (sous l'inspiration) d'un autre homme, mais comme je les vis dans les sphères célestes, et comme je les entendis et perçus en vertu des secrets mystères divins. - Et de nouveau, j'entendis une voix du ciel qui me disait : Crie donc et écris ainsi.

SUITE DU SCIVIAS sur ce site 


(1) La voix céleste l'incite à raconter malgré son insuffisance, ce qu'elle voit et entend en faisant fi des règles du discours établies par l'homme. N. du Trad.
(2) Elle ne sait rien à la façon des hommes, d'ap les régles des règles des grammairiens et des rhéteurs, mais sa science est toute divine. N. du Trad.
(3) Conrad III (empereur). Croisade en Terre-Sainte. Mort en 1152.
(4) Eugène III (Pape), 1145-1153. Conciles de Reims et de Trèves.

Confiture et pâtes de coing

Voici la recette de la confiture de coing facile....20181017 092221 9629

NE vous évertuez pas à peler les coings tant qu'ils sont crus. Faites les d'abord cuire à la vapeur pendant 10 minutes maximum ( il ne faut pas qu'ils deviennent blettes, ni qu'ils soient trop durs) . Ensuite il est très facile d'enlever la peau et de couper en deux les coings pour enlever le coeur au milieu qui est dur. Vous récupérez alors de la chair de coing. Vous la pesez et vous mettez le même poids de sucre pour des pâtes de coing ou la moitié du sucre pour de la confiture qui ne doit pas durer trop longtemps. Par contre si vous voulez garder vos confitures longtemps, mettez le même poids de sucre également. Faites cuire à bouillons mais à feu moyen dans une casserole dans les 2 cas ( pâtes et confiture) en tournant pour que la pâte ne brule pas! .

Pour les pâtes de coing, il n'est pas nécessaire de les faire sécher dans le four si vous faites comme je vous dis car si vous n'avez pas cuit à l'eau mais à la vapeur, il n'y a pas à faire évaporer d'eau, le fait de sécher tout simplement sur un papier cuisson dans un plat qui donne une forme lors du séchage est suffisant ( voir photos ci dessous. ) Ensuite je vous conseille de ranger les pâtes de coing en les séparant par couches par un papier sinon ils peuvent coller l'un à l'autre.

20181016 182535 962820181017 090936 9624

20181017 091430 9623

 

Attention , tout ne peut pas être mangé cru selon ste Hildegarde

 

Voici ce que dit Sainte Hildegarde de Bingen à partir des visions qu'elles a eues au 12eme siècle sur les causes des maladies et leurs remèdes

 

2017 01 26

Manger trop de crudités abime la flore intestinale car il y a une fermentation qui s'installe, l'estomac n'arrive pas à digérer et des gazs malodorants en sont la preuve. Les modes actuelles conduisent à une altération de la flore intestinale. Une diététicienne belge qui a parlé au congrès que "santé nature innovation" a organisé il y a 2 mois environ ( fin 2016) a dit avoir mesuré le volume de gaz dégagés par ceux qui buvaient des jus crus de betteraves en trop grande quantité et elle a constaté une très grande fermentation et une altération de la flore intestinale.

Si vous lisez bien le Dr Breuss dit de ne prendre qu'une petite quantité chaque jour .

Sainte Hildegarde disait vrai quand elle disait que ce ne sont pas tous les aliments qui peuvent se manger crus, et elle va en donner la liste soigneuse en disant bien que les malades doivent toujours cuire leurs légumes car sinon les crudités augmentent les humeurs mauvaises .

 

Attention donc à tous ceux qui vous proposent des jus d'herbe, notre intestin ne sait pas digérer la cellulose, nous ne sommes pas des vaches. Ce qui importe pour Hildegarde ce n'est pas que les aliments contiennent des vitamines ou minéraux mais que notre intestin puisse les digérer. Nous ne sommes pas ce que nous mangeons  mais ce que nous digérons.  Heureusement que l'herbe contient des vitamines car les vaches et tous les ruminants en ont besoin et leur estomac sait digérer la cellulose mais le notre ne sait pas...

Dans la newsletter de février nous aborderons quels  sont les fruits et légumes qui peuvent être mangés crus et ceux qui doivent absolument être cuits selon Ste Hildegarde. Si vous n'êtes pas encore inscrits à la newsletter , RV à la page d'acceuil

 

 

Hildegarde et le poireau, nuançons ses propos ....

PoireauxL'intérprétation que fait Strelow de ce qu'il appelle "les poisons de la cuisine" est à nuancer fortement. Je vous conseille donc de lire attentivement ce que dit exactement Sainte Hildegarde dans son livre  "Physica" sur le poireau, vous en verrez le texte ci dessous. Hildegarde n'est pas du tout fanatique dans ses conseils et elle dit ceci " si vous voulez vraiment manger du poireau, faites le tremper dans du vinaigre de nonnes à sexte, (c'est à dire 3 heures) afin d'enlever le poison qu'il a en lui"

En fait le poireau est allergisant par les molécules de sulfites qu'il contient et ceci est connu parce que par exemple les maraichers font de l'allergie de contact aux poireaux. Les poireaux sont interdits à ceux qui ont une stomie. Les enfants de moins de 1 an ne peuvent en prendre ( programme national nutrition santé français) car il est connu comme allergisant tout comme la fraise d'ailleurs est aussi interdite avant un an.

En donnant mes cours lorsqu'on aborde ce sujet, plusieurs de mes élèves ont dit que  leur grand mère préparait les poireaux de la façon dont Hildegarde dit : elles trempaient dans du vinaigre avant de le faire cuire. Cela est en fait suffisant pour le débarasser des sulfites qui auront réagi avec l'alcool du vinaigre.

En fanatisant Hildegarde et en intérprétant mal ses écrits, on donne des boutons à plusieurs personnes qui ne comprennent pas , et on fait aussi des gens fébriles qui prennent au pied de la lettre les mauvaises intérprétations et en font loi d'évangile.

Or Jésus n'a t'il pas dit " rien de ce qui rentre dans l'homme n'est impur mais tout ce qui sort de sa bouche".... aux juifs qui considéraient impure certaines viandes? Il insiste donc sur le coeur plutôt que sur la nourriture. Hildegarde très certainement fait de même en nuançant ses propos.

Attention quand elle dit qu'il provoque des inquiétudes pendant le plaisir d'amour cela ne veut pas dire qu'il est aphrodisiaque mais justement le contraire.... Voici son texte ci dessous

17227 867982773255295 1969866449290328563 nPHYSICA page 57

"Le poireau, qu'on appelle aussi lausch, contient une chaleur rapide et inutile comme celle que dégagent des broussailles, car elle monte et retombe vite. Chez l'homme, il provoque des inquiétudes pendant le plaisir d'amour.

Si on le mange cru, il est aussi mauvais pour l'homme qu'une plante vénéneuse et inutile, car il fait le contraire de ce qu'il faut pour le sang, la décomposition et les humeurs de l'homme: chez l'homme, il ne fait pas augmenter la quantité de sang, il ne fait pas diminuer la décomposition et il ne purifie pas les humeurs.

Si on veut manger du poireau cru, il faut le faire tremper dans du vin avec du sel, ou dans du vinaigre: qu'il reste dans le vin ou le sel jusqu'à ce qu'il soit assez adouci pour y avoir perdu ses forces mauvaises; par exemple du matin jusqu'à midi, ou de none à vêpres. Ainsi adouci, il est bon à manger. Pour les gens en bonne santé, il est meilleur cru et pris de cette façon que cuiL

Mais, pour les malades, il n'est bon à manger ni cru ni cuit, car leur sang n'a pas la chaleur voulue, parce que leur corruption est déjà avancée et que leurs humeurs sont bouillonnantes. Et si un malade en mangeait souvent, il ferait encore empirer tout èela. Si cependant quelques malades ont grande envie de manger du poireau, qu'ils le mangent un peu adouci, comme il est dit plus haut, car il est meilleur cru, sous cette forme, que cuiL

Il n'entre pas bien dans les médicaments, car il pousse sous l'effet des vents capricieux, quand la chaleur contient de l'humidité et que l'humidité contient de la chaleur."

la lumière étincelante

Dans le Scivias, vision 3eme, voici ce que décrit Hildegarde sans sa vision:

"Après cela, je vis une immense sphère  ronde et ombreuse, ayant la forme ovale, moins large au sommet, plus ample au milieu, rétrécie à la base ; ayant à sa partie extérieure un cercle de lumière étincelante, et au dessous une enveloppe ténébreuse.

    Et dans ce cercle de flamme, était un globe embrasé si grand, que toute la sphère en était illuminée, il avait au dessus de lui, rangées avec ordre, trois étoiles qui retenaient le même globe dans son activité ignée, de peur qu'elle ne tombât peu à peu ; et ce globe s'éleva parfois plus haut, et il lui vint plus de lumière ; de telle sorte qu'il put lancer ses rayons de flamme plus loin ; et puis parfois, il descendit plus bas, et le froid fut plus intense parce qu'il avait retiré sa flamme......Tunnel de lumiere

Et j'entendis de nouveau une voix du ciel qui me disait : Dieu qui a fait toutes choses par sa volonté, les a créées pour la connaissance et l'honneur de son nom ; non seulement pour montrer en elles les choses visibles et temporelles, mais pour manifester en elles les choses invisibles et éternelles.  Ce qui est démontré par la vision que tu contemples. Car cette immense sphère ronde et ombreuse que tu vois, ayant la forme ovale, moins évasée au sommet, plus ample au milieu, et rétrécie à la base, signifie fidèlement, le Dieu tout-puissant, incompréhensible en sa majesté, et inestimable dans ses mystères, l'espoir de tous les fidèles. .. "

Je vous invite à découvrir cette vidéo de témoignages sur l'expérience de mort imminente que plusieurs personnes ont vécu , et la lumière éclatante qu'ils ont vu au bout du tunnel

Si vous ne parvenez pas à lire en cliquant sur l'image ci dessous, il y a un lien juste en dessous qui vous conduira à la même vidéo.

 

 

Video

http://reinformation.tv/experience-mort-imminente-emi-charbonier-marylise-genet-natalie-saracco-theillier-joubert-62099-2/

Reconnaître les plantes médicinales (nom en dessous de la plante)

Imgp2555 la sauge sclarée

Imgp2572le souci 

Imgp2593la scolopendre

Imgp2600la sanicle

Imgp2592la tanaisie

Imgp2596la pulmonaire

Imgp2580le géranium Robert

Imgp2588la joubarbe des toits 

Imgp2583la violette officinale

Imgp2567l'aunée (inule grande aunée)

Imgp2562 la grande camomille ou parthenelle

Imgp2570La balsamite (menthe coq)

Imgp2561l'achillée millefeuille

Imgp2581 1 l'aigremoine eupatoire

Imgp2557 la piloselle

Imgp2563la bardane

Imgp2599 la menthe aquatique

Imgp2598 la menthe crépue

Imgp2591 le tussilage 

Imgp2575 le génévrier

Imgp2587 le serpolet

Imgp2568 la valériane

Imgp2563 la bardane

Imgp2578 1 l'armoise commune

Imgp2620la sariette

Imgp2573 l'aurone ( armoise citronelle)

Imgp2589 le gaillet ( caille lait)

Imgp2594 l'ail des ours

Imgp2560la stellaire

Imgp2585la verveine citronnée

Imgp2566 l'angélique

Imgp2579 la chélidoine

Imgp2559 l'aspérule odorante

Imgp2565 la germandrée 

Imgp2611 l'euphorbe 

Imgp2619la lavande

Imgp2614 la fougère

Imgp2613 l'ALOES ( aloe Vera)

Imgp2616 le muguet 

Imgp2595 la potentille

Imgp2582 la physalis

Imgp2576 la saponaire

Imgp2577 le marrube

Imgp2584 le lupin

Imgp2608 le sureau 

Imgp2605 le cornouiller officinal

Imgp2609 le néflier

Imgp2603 le cognassier (coing)

Imgp2610 le framboisier

Faire votre jardin de plantes médicinales

Oui il est plus que temps que chacun ait son jardin de plantes médicinales et apprenne à faire ses remèdes soi même... !

En Belgique, un magasin spécialisé dans les plantes sauvages et médicinales est Ecoflora, vous pouvez acheter en ligne également ! http://ecoflora.be/FR/plantessauvagesindigenes

pour la france le conservatoire national des plantes medicinales mais là il faut acheter par 5  http://www.cnpmai.net/IMG/pdf/Catalogue_S_P_2013.pdf

comment faire ? http://www.le-jardin-des-medicinales.com/

Voici deux photos de notre jardin de l'Ecole Hildegarde

1ere photo au printemps ( mars)

Imgp1694

2ème photo des plantes en juin 

Imgp2612

Liqueur au coing

liqueur-de-coing.jpg
Temps de préparation:30 minutes
Temps de cuisson:90 minutes
Nombre de personnes:12

INGRÉDIENTS:

  • 1 litre kweeperensap
  • 500 g de sucre
  • 1,5 litres de brandy ( alcool pour liqueur)
  • 2 bâtons de cannelle
  • 10 clous de girofle
  • jus de 2 citrons
  • 1 un anis 2 étoile
  • un kilo de coing 

Couper les coings en menus morceaux  après les avoir épluché , on peut les passer à l'extracteur de jus 

Mettre tous les ingrédients dans un grand bocal en verre (ou baril). Laissez les trois mois  à température ambiante. Secouez bien de sorte que le sucre se dissolve bien

 Après 3 mois, on passe tout à travers un tamis. et mettre en bouteilles !

Prières données par Hildegarde

Trouvez ici quelques prières données par Ste Hildegarde dans ses livres (Scivias, Livre des œuvres divines, Livre des mérites de la vie)

Téléchargez et priez-les avec Sainte Hildegarde !

prieres-donnees-a-sainte-hildegarde-pour-nous.pdf prieres-donnees-a-sainte-hildegarde-pour-nous.pdf

rome-ste-hildegarde-dr-de-l-eglise-oct-2012.jpg